05 avril 2018

conseil municipal, droite et logements sociaux

L'une de mes interventions au conseil municipal d'hier soir, mercredi 5 avril

carence en logements sociaux et argumentation

 A l'occasion de ce dossier, comme pour d'autres, vous répétez sans cesse les mêmes arguments, "éléments de langage" visant à gommer votre responsabilité:

 1) Un passif qui proviendrait de la précédente équipe municipale

Rappelons que vous dirigez la commune depuis 4 ans maintenant. Le rappel systématique des scories de l'ancienne municipalité prend des allures de disque rayé.

Bien évidemment que la construction d'une ville se construit sur la durée. rappelons que l'étalement urbain relève de la politique de M.Godard, Maire d'il y a maintenant quelques décennies. Quant à nous, nous n'avons pas utilisé cet historique.

Maintenant que ce dossier de carence vous rappelle que durant 3 périodes triennales, sous l'ancienne municipalité,  l'objectif assigné en logements sociaux a été largement dépassé, vous êtes contrarié dans votre argumentation. Les mensonges de votre prose du journal municipal apparaît au grand jour. Au cours de cette dernière période triennale, seuls 50% de l'objectif assigné à la commune ont été atteints.

 2) Une première partie de mandat sous la coupe de votre 2ème adjoint

M.Tonnerre sert de fusible aisé au retard accumulé, aux orientations à contresens des besoins et de la règlementation.

Pour vous sortir de ce cette voie vous faites le choix d'utiliser l'un de vos anciens alliés. Si M. Tonnerre s'est exposé à ce genre de situation, nous pensons qu'il s'agit là d'une absence de courage. le maire depuis 2014, c'est vous. Vous continuez à orienter une grande partie de l'argent ailleurs que sur les investissements fonciers. Vous avez des choix courageux à faire, vous ne l'avez pas fait, désormais on vous y oblige. Nous nous en félicitons. Il est regrettable que dans cette affaire, la ville perde une bonne partie de ses prérogatives.

 3) Des opposants extrémistes et destructifs

Là encore, pour diviser, pour stigmatiser, vous nommez, vous ciblez. Vous n'êtes pas dans le débat d'orientations mais dans la volonté de détruire en nommant.

Vous choisissez "les bons opposants", ceux qui vont dans votre sens. Que voilà une drôle de conception de la démocratie !

Nous ne sommes pas dupes de vos intentions. Nous invitons les ploemeurois à mesurer la violence que vous véhiculez.

Quant à nous, riches de nos différences, et d'un rassemblement renforcé par ces années de travail en commun, nous nous refusons à nous livrer à cette attitude politicienne.

Qui est extrémiste ? Ceux qui votent positivement lorsque qu'ils estiment que les choix vont dans le sens des habitants ? ceux qui  argumentent et formulent des propositions sur chaque dossier ? ceux qui dessinent une ville juste et solidaire, ou bien celui qui à l'instar d'un M.Wauquiez, Président de votre parti, exclut, vilipende.

Non, vraiment votre attitude, outre qu'elle exprime un énervement évident, n'est pas à la hauteur de ce que méritent les ploemeurois !

Michel LE MESTRALLAN

Posté par PCFPLOEMEUR à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2018

L'air du temps

Les occupants des ministères et autres officines passent pour beaucoup d'entre eux par l'ENA.

Les commentaires du jury d'entrée de cette école pour l'année 2017 sont éclairants.

Article extrait du journal "L'Humanité"

ENACONCOURS

Posté par PCFPLOEMEUR à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2018

Des terrains attractifs...

Les projets d'un hôtel haut de gamme et d'un lotissement associé ne répondent en rien aux besoins de la commune de Ploemeur.

Ces implantations(toujours envisagées, puisque les porteurs des projets veulent relancer leurs demandes) à proximité du littoral constitueraient une dégradation sensible de la côte ploemeuroise.

Si ces implantations devaient se faire, le développement du centre de rééducation de kerpape serait compromis.

Nous(les élus de gauche) avons formulé un avis négatif au conseil municipal et nous avons renouvelé celui-ci à l'occasion d'un point-presse.

Le maire a porté la question au conseil (une fois n'est pas coutume), il l'a fait parce qu'il avait obligation de le faire. Il a appelé le conseil à se prononcer favorablement à la demande des personnes privées, propriétaires des terrains et à l'initiative des projets.

Affaire à suivre...

Extraits de OUest-france, vendredi 2 mars 2018

Page-raccordée-webextrait du Télégramme, vendredi 2 mars 2018

kerpaperaccordéweb

Posté par PCFPLOEMEUR à 08:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2017

Ploemeur, le maire assiégé !

 

Pour faire suite à la publication du numéro de décembre du journal municipal de Ploemeur, vous trouverez ci-dessous, quelques remarques nécessaires.

 

loas-réponse

loas-réponse2

Posté par PCFPLOEMEUR à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2017

réunion mensuelle décembre 2017

invitation décembre 2017

Posté par PCFPLOEMEUR à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 novembre 2017

JOURNEE DE MANIFESTATION 16 NOVEMBRE

IMG_20171116_0001

Posté par PCFPLOEMEUR à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2017

fête de l'humanité-bretagne 2017

fete de l'huma

Posté par PCFPLOEMEUR à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

un maire de droite !

elusdegauche1

extraits des éditions du journal Ouest-france et Le Télégramme du lundi 30 octobre 2017

elus de gauche2

Posté par PCFPLOEMEUR à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 juillet 2017

APL -5€

Aides au logement : Macron prend aux pauvres pour donner aux riches !

 

 

APL

 

 ► Emmanuel Macron et son Gouvernement viennent de prendre la décision de réduire de 5€ toutes les aides au logement à compter du 1er octobre. 6,5 millions de foyers sont touchés, dont une majorité qui vit sous le seuil de pauvreté.

► Le Parti communiste français s'oppose avec fermeté à cette baisse des aides personnelles au logement et propose une politique de logement pour tous ambitieuse et solidaire.

 Pour les ménages les plus fragiles, les aides au logement représentent jusqu’à un cinquième de leur niveau de vie ! 5€ par mois, 60€ par an, c’est une perte de pouvoir d’achat importante pour les étudiants, les salariés précaires, les privés d’emploi, les retraités, les familles monoparentales.

Baisser les aides, c’est diminuer le niveau de vie de milliers de familles. C’est augmenter les risques d’impayés de loyer et les expulsions locatives. C’est empêcher certains de se soigner ou de partir en vacances.

Tout cela au nom de  prétendues « économies budgétaires »... C’est une manipulation grossière : Macron et son gouvernement ont décidé d’offrir 3 milliards d’euros aux plus fortunés à travers la réforme de l’ISF. Si on trouve des milliards à donner aux riches, pourquoi réduit-on les ressources des plus modestes ?

De l’argent, il y en a

En 2016, les 500 plus gros milliardaires Français ont vu leur fortune augmenter jusqu’à atteindre aujourd’hui près de 600 milliards d’euros, un record. L’évasion fiscale des grandes entreprises et des grandes fortunes représente un coût gigantesque pour l’État. Mais Emmanuel Macron et Edouard Philippe ne font rien pour récupérer ces sommes qui fuient vers les paradis fiscaux.

En finir avec le mal-logement

Pour aider les Français à se loger, ce ne sont pas les APL qu’il faut réduire mais les loyers exorbitants. Il faut généraliser et renforcer l’encadrement des loyers et construire massivement des logements sociaux dans les zones où il y en a le plus besoin. Cela nécessite de mobiliser des financements, de renforcer les obligations des maires et les sanctions pour les communes récalcitrantes. Tous les territoires doivent prendre part à l’effort pour en finir avec le mal-logement !

Posté par PCFPLOEMEUR à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2017

LOGEMENTS SOCIAUX A PLOEMEUR, REPONSE A LA MISE EN DEMEURE DU PREFET

Face à l'insuffisance des constructions de logements sociaux (50% de l'objectif atteint en 3 ans) et afin d'éviter le constat de carence avec toutes les conséquences induites (sanction financière quintuplé, prise en main par le préfet de la politique du logement de la ville, droit de préemption et ponction sur les finances communales des aides aux bailleurs sociaux souhaitant construire), il a été proposé un texte listant divers engagements.

Nous avons pris la décision de nous abstenir dans l'attente des actes.

déclaration:

 Logements sociaux-engagement de la commune

Parmi les engagements: "mobiliser l'ensemble des moyens", quels moyens ?

Quelles conséquences budgétaires immédiates ? (DM permettant de dégager des sommes pour les acquisitions foncières ?)

 

Parmi les explications du retard l'oubli du refus de se plier à la règle et de choix idéologiques revendiqués sont oubliés.

Oui, le contexte ploemeurois pour construire du logement n'est pas simple: carrières, zone littorale, zones humides, zones militaires, captage d'eau, etc...

C'est pourquoi toute opportunité doit être saisie. Vous avez fait tout le contraire. Vous avez lâché du terrain ou des propriétés de la commune, vous avez laissé partir des opportunités, voire vous soutenez des opérations allant à l'encontre de l'objectif.

Faire porter le chapeau du retard au seul contexte, reconnaître l'ambition du projet précédent en signifiant qu'elle n'aurait pas suffi est pour le moins incroyable lorsque l'on sait que vous avez critiqué cette ambition pendant 3 ans.

Le changement de majorité s'est opéré sur la base du refus d'une politique volontariste de logements sociaux, hors de toute réalité, hors de toute justice sociale, hors de toutes les obligations qui vous étaient faites.

 Désormais, vous prenez un engagement nécessaire, Il vous reste, et c'est l'essentiel à expédier à tous les signaux indispensables.

Nous nous abstiendrons dans l'attente de mesurer avec clarté la réalité des décisions qui seront prises.

Posté par PCFPLOEMEUR à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :