reunion mensuelle OCTOBRE 2015

invitation réunion mensuelle octobre 2015

Posté par PCFPLOEMEUR à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

non à l'austérité pour les collectivités territoriales

Collectivités territoriales et austérité

Nous sommes quelques uns à avoir reçu le communiqué de la section socialiste de Ploemeur à la suite de l'interview du Maire dans la presse. Des extraits de ce document viennent de paraître dans les journaux.

Ces 2 documents nous conduisent à formuler les remarques suivantes :

  • Que le Maire de Ploemeur, élu "Les républicains", formule un avis négatif sur les restrictions budgétaires imposées aux communes et demande plus d'austérité pour l'état, n’a rien de surprenant. Nous y voyons, bien évidemment une occasion rêvée de se positionner à la veille des régionales et une justification à sa politique locale que nous condamnons et combattons avec force depuis le début du mandat. Nous ne sommes donc pas dupes de la manœuvre.

  • Nos intentions sont bien différentes, mais malheureusement, comme lui, nous pourrions reprendre la liste des dégâts occasionnés aux finances communales par les ponctions financières conséquentes : près de 5% du budget annuellement. C’'est moins de service public, moins de fonctionnaires territoriaux et au bout du compte moins de justice sociale. Oui, la politique du gouvernement socialiste est dramatique pour les collectivités territoriales et leurs habitants.

  • Ecrire que la précédente équipe avait anticipé ce renforcement de l'austérité confirme les choix et les écrits que nous formulions à l'époque dénonçant le virage pris dans la préparation budgétaire et valide un peu plus encore, s'il le fallait, l'existence d'une liste anti-austérité aux municipales et aux départementales.

  • Au lendemain de la réaffirmation du cap suivi par le gouvernement avec la loi Macron, avec la remise en question du code du travail, avec la recherche des fraudeurs parmi les demandeurs d'emploi, avec des propos très inquiétants sur le statut des fonctionnaires et à la suite de la publication des très mauvais chiffres du chômage, faire de cette politique catastrophique, le crédo des socialistes ploemeurois ne peut que nous attrister et nous mettre en colère. Que ceux qui nous sollicitent pour le rassemblement des forces de gauche s'interrogent sur la portée des choix qu'ils formulent !

  • Si l'argent débloqué pour le CICE était utilisé autrement, il pourrait y avoir des dotations plus importantes pour les collectivités territoriales. Ces milliards, nos milliards…devraient servir à ceux qui produisent : artisans et petites entreprises, agriculteurs soucieux de la qualité alimentaire, à tous les salariés, à la transition énergétique, plutôt que de s’évaporer dans la spéculation au sein de grands groupes qui en ont nul besoin.

  • Oui, décidément il convient qu’un rassemblement à gauche, sur des orientations d’une toute autre nature que celles qui nous sont imposées et pour lesquelles nous n’avons pas voté, se mette en place. Tel est le choix que les communistes et les militants du front de Gauche de la ville font.

SECTION DE PLOEMEUR/LARMOR-PLAGE DU Parti Communiste Français

COLLECTIF FRONT DE GAUCHE DE PLOEMEUR

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

NOCTURNES LITTERAIRES DU MAIRE DE PLOEMEUR

DSC02631

La décision de la Majorité municipale de s'inscrire dans le circuit des "nocturnes littéraires"

pouvait être une bonne idée.

 

  •  Passons sur l'absence de liens avec les acteurs locaux (libraires, médiathèque, etc...)
  • passons sur l'adhésion à une opération qui concerne les seules villes gérées par la Droite, l'organisateur étant lui-même un ancien conseiller municipal UMP de Marseille
  • passons sur l'inscription dans une opération conduite par le Président du conseil départemental
  • passons sur le coût de l'opération, 3000€ pour la commune, plus de 60 000€ pour le département qui subventionne ainsi l'ensemble de la tournée.
  • passons encore sur la taille très modeste de l'opération, au plus une trentaine d'auteurs effectivement sur le terrain.
  • passons enfin sur le fait qu'il s'agit d'une opération unique "qui n'a pas vocation à se produire chaque année", dixit le Maire au dernier conseil municipal

Même si tout cela fait beaucoup, l'idée de réunir des auteurs en période estivale m'a semblé ne pas être à rejeter par principe.

Par contre, opposer cette initiative  au "salon du livre jeunesse du pays de Lorient" est absolument insupportable, puisque c'est ainsi que l'opération nous a été présentée.

Quel rapport entre ces signatures d'auteurs et le travail d'approche de la lecture et de réflexion conduit par de très nombreux acteurs locaux, régionaux et nationaux ? Quelle participation des enfants en amont et en aval ? Aucune évidemment puisque les enfants ne sont pas la visée de cette soirée.

Rappelons à ceux qui l'ignoreraient que près de 1000 enfants de Ploemeur ont participé au salon du livre jeunesse en 2015 et que la ville a décidé de se retirer de l'organisation et de toute participation à cette opération.

DSC02633Comment comprendre cette décision d'opposer les 2 initiatives ? Pas en raison du coût de l'opération puisqu'il était inférieur à la participation aux nocturnes littéraires (2500€), pas par la qualité du salon. Sans aucun doute pour des motifs politiques, le salon du livre pour enfants est organisé par" la ligue de l'enseignement" association qui n'est pas dans les organisation amies du Maire, pour des motifs tout aussi partisans visant à refuser toute initiative de la communauté d'agglomération et sans doute parce qu'il est plus difficile de figurer sur la photo au palais des congrès que sur le port de Lomener.

Pour ceux qui ne l'auraient pas encore distingué, la gestion de M. Loas et de ses alliés est partisane. Derrière les sourires et les poignées de main regardons ensemble ce qui est conduit avec férocité et sans discernement.

Je suis en colère et je voulais partager ce sentiment.

Michel LE MESTRALLAN

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 19:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

conseil municipal, 2 juillet 2015, interventions de Michel LE MESTRALLAN

 BORDEREAU N°2 : crédits scolaires aux écoles publiques

Le constat est celui d’une stabilité totale des crédits affectés aux écoles publiques. Cette stabilité constitue une baisse effective des crédits. A ma connaissance l’inflation n’est pas au taux O. La proposition constitue donc un recul de la dotation aux écoles.

Par ailleurs, la diminution du nombre des enfants réduit sensiblement les sommes dont disposent les équipes enseignantes.

En raison des difficultés de scolarisation des enfants dans nos écoles c’est un effort significatif qu’il conviendrait d’afficher pour le fonctionnement de nos écoles publiques. Vous pouviez montrer l’attachement de la commune à ses écoles, force est de constater, comme pour les associations, que vous n’expédiez pas le bon signal .

Ce signal vous l’avez expédié pour l’éclairage de la guérite de Lomener 30 000€, pour l’achat du château de Soye 250 000€, le patrimoine vous intéresserait-il plus que les forces vives de l’enfance et l’enjeu de la formation retient-il moins votre attention que celui du passé ? Nous vous l’avons dit, la valorisation du patrimoine est  nécessaire mais pas en mettant en cause le présent. 

Pour toutes ces raisons, je voterai contre l’absence d’augmentation des crédits scolaires aux écoles publiques

BORDEREAU N°3 : crédits scolaires aux établissements privés

Je voudrais tout d’abord évacuer les interventions de principe autour d’une volonté que nous aurions de privilégier un enfant en fonction de l’école choisie par ses parents. Tel était l’esprit de l’intervention de  Mme Boleis au cours de notre précédent conseil lorsqu’elle nous a accusés de vouloir différencier le traitement des écoles publiques de celui  des écoles privées.

Chaque enfant a sa place, elle est comparable. Ce ne sont pas les enfants qui sont en cause.

 Pour autant je rappelle que  l’école de tous, c’est l’école de la République.

Dans l’affaire qui nous concerne, celle des crédits scolaires, il est possible de constater que pour les écoles privées, il y a progression, faible pour les maternelles, +1,1 %, plus forte pour  les écoles élémentaires privées avec une augmentation de +5,3%. Il y a 2 poids, 2 mesures dans votre action. Vous ne traitez pas les écoles publiques et privées de manière équitable. Je vous demande au moins de rétablir cet équilibre.

 Par ailleurs, vous faites légitimement référence aux possibilités que la facture intègre des valorisations : location des installations, participation de personnels communaux, paiement de factures, etc.… , qu’avez-vous prévu d’intégrer dans le décompte qui viendra en déduction du montant qui sera réglé aux écoles privées ?

Où se trouvent  les éléments afférents à l’ouverture d’une classe d’une école privée au Fort Bloqué à la rentrée prochaine ? Où en êtes- vous dans ce dossier ?

En raison de la différence faite entre les crédits aux établissements publics et ceux proposés pour les établissements privés et aux incertitudes sur la facture réelle, je voterai contre les montants proposés

BORDEREAU N°4 : subvention aux écoles privées hors territoire

M. le Maire, je vous rappelle mes propos de l’an dernier à l’occasion de la présentation de ce même bordereau. La présence d’un nombre non négligeable d’enfants à la lisière de la commune de Lorient rend compréhensible le choix des parents de scolariser leurs enfants dans des classes de proximité.  La  scolarisation des élèves au sein de l’école François Tanguy s’est  historiquement effectuée en raison d’une absence de places dans les écoles publiques de Lorient. Aujourd’hui, il est possible d’envisager ce cas de figure.  La participation de la commune aux écoles privées  hors territoire est facultative. Engageons les familles à se rendre dans les écoles publiques de Lorient.

Je réédite le vote que j’ai formulé l’an dernier à savoir une abstention

Intervention non réalisée

BORDEREAU N°12 convention avec les nocturnes littéraires

M. Le Maire, vous avez, à l’occasion du précédent conseil municipal en réponse à l’une de mes questions,  opposé le salon du livre pour enfants du pays de Lorient à cette nouvelle initiative.

Vous le savez comme moi, ces 2 initiatives n’ont rien à voir, sinon le support, à savoir le livre et encore, ce ne sont pas les mêmes.

Dans le 1er cas il s’agissait d’un public ciblé, accompagné dans sa démarche d’appropriation par les équipes pédagogiques et éducatives, avec une participation des bibliothèques locales, avec une préparation et une exploitation. Pas de visée strictement commerciale, pas de choix entre les maisons d’édition. Votre réponse, qui consistait à nous dire que chacun pourrait se rendre néanmoins à Lorient, est bien courte.

L’offre que vous nous présentez est d’une toute autre nature. Elle présente de l’intérêt. Elle pouvait venir en sus de l’initiative précédente.  Il s’agit d’un moment de la période touristique, hors du temps scolaire donc. Elle ne vise pas le même public.

Cette initiative présente des contours bien comparables à celle de Vannes.

3000€, si c’est plus que la contribution au salon du livre pour enfants du pays de Lorient, c’est bien peu pour faire venir tant d’écrivains. Quel est le coût réel de l’opération ? Qui paye ?

Par ailleurs, où sont les partenariats avec les autres communes que vous avez évoqués dans votre réponse à ma question du dernier conseil municipal ? Vous évoquiez un travail commun avec 4 communes, où sont-elles ?

Pour toutes ces raisons, et notamment parce que vous opposez cette initiative au salon du livre pour enfants du pays de Lorient,  je voterai contre la signature de cette convention

 

 BORDEREAU N°15 vente de l a maison des plongeurs

L’achat de cette maison avait été engagé  pour la réalisation d’une salle de réunion, outil qui manque sur le village et d’un logement pour personnes handicapées. La mise en œuvre du plan de prévention des risques littoraux a changé « la donne ». La perspective de l’installation de professionnels du secteur para-médical serait une issue positive. Encore faut-il que la délivrance du permis de construire des 2 candidats soit effective et que le choix de l’acheteur formulé par la commune privilégié cette voie. La présence d’une 3ème offre, au profil indéterminé et la règle décidée de favoriser la 1ère demande n’est pas sans nous inquiéter et nous interroger.

En raison de cette absence de clarté, ce sera une abstention 

Bordereau n°16 acquisition du site de l’ancienne gendarmerie

Une acquisition nécessaire. Déjà prévue par l’ancienne municipalité dans le cadre de la ZAC centre. Une pièce indispensable dans la mise en œuvre d’une politique publique du logement sur la commune qui permettait d’envisager une offre élargie de logements en centre-ville, qui se voulait une pièce maitresse d’une plus grande ouverture de logements locatifs, ou/et en accession sociale à la propriété.

Un enjeu sur cette parcelle particulièrement important.

Que constatons-nous aujourd’hui ? Que vous allez bien procéder à l’achat mais pour revendre à un promoteur avec des ambitions minimales quant à la part du logement accessible aux familles avec enfants.

En effet, le prix d’achat est élevé. Il va rendre le coût des nouvelles constructions inaccessibles au public dont la ville à besoin.

Il aurait pu en être autrement. Vous savez comme moi que l’achat d’un bien de l’état peut voir son prix négocié à la baisse si vous décidez d’accroitre la proportion de logements sociaux au-delà du pourcentage  minimal fixé.  Vous n’avez pas fait ce choix. Cette éventualité n’est pas présente dans les documents proposés.

Le coût de l’acquisition par la commune est donc très élevé et la perspective pour le logement non satisfaisante.

Pour toutes ces raisons, je voterai    contre la signature de cet achat dans de pareilles conditions

Bordereau n°17  acquisition de la parcelle EP 14 au port-Blanc à Kerroch

Là encore, comme pour l’acquisition des locaux appartenant à l’ancienne gendarmerie, les acquisitions sont nécessaires pour poursuivre la réalisation de la voix piétons-vélo. Sur le principe donc  pas de problème.

Par contre le prix d’achat est très élevé, trop élevé. Vous utilisez d’ailleurs une formule très intéressante pour qualifier le montant au m2 de ces achats : le prix de 1,05€ le m2, soit légèrement au dessus du prix de 0,46 à 0,50€ le m2 attribué habituellement par France domaines pour des terrains classés en zone na ou nds. La situation pourrait expliquer une majoration de prix, le double  semble tout à fait excessif.

A l’ avantage obtenu par la fermeture de l’accès au parking aujourd’hui occupé par des campings-cars s’ajoute donc un prix de vente du double de celui habituellement constaté.

Tout va bien pour la SCI KOVIVI, beaucoup moins bien pour les finances communales.

J’exprimerai donc un vote contre

Posté par PCFPLOEMEUR à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

ouverture d'une école privée dans une école publique au Fort-Bloqué

L’ouverture d’une école privée hors contrat dans les locaux de l’école publique du Fort-Bloqué,

avec l’accord et la contribution de la commune, n’est pas acceptable

La décision du Maire de Ploemeur de proposer aux parents de l’association qui cherchait un lieu d’accueil, de s’installer dans l’école publique du Fort-Bloqué est lourde de conséquences Rappelons que cette implantation se fait en présence d’une classe de l’école publique. 

            Cette installation est en cours. Pour des problèmes de responsabilité, elle nécessite des travaux dans l’école. Entrée, cours de récréation, lieux de vie pendant le temps scolaire doivent légalement être séparés, les responsabilités étant distinctes; C’est la Mairie qui réalise les travaux.

       

DSC02610

  

    L’avenir de l’école publique du Fort-Bloqué et de toutes les autres écoles de la commune, nous préoccupe tous.

            Mais encore faut-il pour espérer sortir de la spirale des fermetures de classes et d’écoles, engager au plus vite les programmes de logement qui permettront d’accueillir les familles avec enfants. Nous ne cessons de le répéter depuis mars 2014, les décisions prises n’engagent pas la commune dans cette voie. Les ouvertures de logements  devant lesquelles le Maire se fait photographier relèvent des prises de décision de la précédente municipalité. Faute de prendre au plus vite les décisions adéquates, nous allons nous trouver face à de nouvelles fermetures.

            L’installation d’une école privée dans l’école ne résout en rien les problèmes d’effectif de l’école publique. C’est l’école de tous qui est à sauver. Les parents du Fort-Bloqué ont besoin d’une école publique et gratuite.

            Pourquoi ne pas avoir tenté, ainsi que cela a été fait dans la précédente mandature de nouer des relations avec des établissements publics qui recherchent des structures d’accueil pour des enfants handicapés ?  

             Le projet du Maire relève d’une toute autre logique,

            il s’agit non seulement de sa volonté de respecter « à tout prix » son  engagement de campagne du maintien d’une école dans le village, promesse qu’il ne parvient pas à tenir pour avoir ignoré le fonctionnement du système éducatif et surestimé les pouvoirs du Maire.

             Pour y parvenir, il s’engage à une dérive de la gestion communale en utilisant les fonds publics à des usages privés pour des familles qui, à notre connaissance, ne sont pas ploemeuroises.

             Nous serons très attentifs à ce que dira le contrôle financier, face à des travaux, qui bien que réalisés dans une propriété communale sont à destination d’une école privée. Respectent-ils législation qui interdit des travaux d’investissement d’une collectivité publique pour des établissements privés ?.

DSC02612

  Cette question soulève le besoin d’une Education Nationale qui réponde mieux aux attentes de nos concitoyens

 En écrivant cela, nous ne visons pas Les enseignants dont on sait combien ils sont sur la brèche, trop souvent ciblés par les uns et les autres et dont l’effectif ne parvient pas à être renouvelé en nombre suffisant faute d’attractivité et de reconnaissance.

             C’est l’institution qui est visée. En effet, en Bretagne comme ailleurs, mais plus qu’ailleurs, le gouvernement veut réduire, au nom des économies budgétaires, la proportion des enfants de moins de 3 ans scolarisés dans nos écoles et, pour y parvenir, décrète qu’il faut 5 enfants de moins de 3ans pour en comptabiliser 1 ce qui, bien évidemment, freine leur inscription.

             Combien d’enfants du Fort-Bloqué de moins de 3 ans pourraient être scolarisés et ne le sont pas ?

             Une institution qui provoque le départ des enfants  vers le centre-ville en raison de l’absence de continuité éducative dans l’école du village.

            Ce qu’il nous faut c’est une école qui dispose des moyens de son fonctionnement et qui, ainsi que le souhaitent les enseignants puisse mieux s’attacher au sort de chaque enfant dans leur diversité, y compris en utilisant des pédagogies qui ont fait leur preuve mais qui demandent plus d’accompagnement éducatif.

 Rappelons au passage que Célestin Freinet, évoqué dans le projet du Fort-Bloqué, n’envisageait sa pédagogie qu’au sein de l’Ecole publique.

C’est bien dans la défense et la promotion de l’école publique que se trouve la solution. 

 
   

 POUR UNE ECOLE DE L'EGALITE POUR TOUS

 Ces démarches de rassemblement de parents pour créer leur propre structure de scolarisation des enfants ne s’installent pas seulement à Ploemeur.

 2 autres exemples, plus ou moins aboutis, existent dans le Morbihan, l’un à Larmor-Baden et l’autre à Hennebont.

 Ces rapprochements, que certains ne manqueront pas de contester, sont pourtant tout à fait nécessaires.

   Si au Fort-Bloqué, le motif invoqué de la mise en œuvre de pédagogies différentes, est tout à fait respectable, le résultat sera comparable à celui avancé à d’autres endroits.

 Des enfants seront sortis de l’école de tous pour entrer dans l’école de quelques-uns.

 A d’autres endroits c’est le communautarisme qui se met en place.

             L’idéal républicain, celui du 11 janvier,  s’éloigne au profit d’un rassemblement qui ne bénéficiera pas aux enfants du Fort-bloqué.

Le mur érigé en ce moment au sein de l’école est le bout du chemin d’une construction qui n’a pas sa place dans l’école publique

 

 

 
   

Posté par PCFPLOEMEUR à 18:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

DEPARTEMENTALES 2015, LA DECLARATION DES CANDIDATS

 

logo_fdg_etoile_rvb

LOGO_EELV_fb

Et si le changement c'était vraiment pour maintenant......

Avec un carton plein  rouge et vert aux départementales de 2015

Forts de notre expérience de travail en commun sur la ville de PLOEMEUR, le front de gauche, Europe Ecologie les Verts (EELV) et les communistes ont décidé de  proposer une offre originale sur le canton de Ploemeur- Queven-Larmor. Notre engagement, avec nos amis de chacune de nos 3 villes,  est loin de toutes les combinaisons tactiques,  des jeux politiciens et des ambitions personnelles..... Face  à la Droite, à l’extrême droite et aux politiques conduites actuellement par le parti socialiste, nous pensons nécessaire de nous rassembler à gauche, sans nier nos différences, en souhaitant agir  pour ce qui nous rassemble. Les priorités et contenus  de notre programme sont à construire collectivement, avec ambition,  même si  nous n’ignorons pas que la politique d'austérité gouvernementale conduite aujourd’hui est une contrainte  pour  l’avenir et  pèse très lourd, dès aujourd’hui  sur les populations, les entreprises et les collectivités.

Nous avons choisi d’exprimer, sur le nouveau territoire du canton :

Les idées de SOLIDARITE VERS ET ENTRE LES POPULATIONS

Le premier besoin  est de retrouver un marché de l’emploi de proximité.  Développons d'abord l’économie sociale et solidaire : par la création de coopératives, mutuelles, associations et introduisons des clauses d’insertion dans les marchés publics. Ainsi nous favoriserons l'emploi par un développement pérenne, écologique et durable de l’activité économique.

La gestion du RSA, de l’APA et  de la prestation de compensation  des personnes en situation de handicap nécessitent une gestion de proximité de l'action sociale, permettant une réactivité et une adaptation aux besoins  des citoyens. Une décentralisation dans les cantons doit être  envisagée pour mieux accompagner les personnes âgées, mieux former et professionnalisés les personnels de l'intervention sociale.

 Les idées de SOLIDARITE ENTRE LES TERRITOIRES

 Les 3 communes du canton sont à la fois urbaines, rurales et pour 2 d'entre elles, littorales. Nous pensons que dans nos 3 communes et celles qui les environnent, l’action du département est loin d’être à la hauteur des enjeux qui sont les nôtres. Enjeux de relier le pays de Lorient au reste du département, sans ostracisme, Enjeux de relier nos communes entre elles en modernisant et sécurisant les routes départementales ;   enjeux de protéger les villages côtiers contre les tempêtes maritimes, enjeux de répondre aux besoins en logement pour les jeunes ménages  sur le littoral par la mise en œuvre d'une politique foncière adaptée, enjeux de préserver et partager le foncier agricole et soutenir une pêche durable pour nos  territoires...

Des populations ne peuvent pas accéder à certains  services ou infrastructures pourtant essentiel : pas d' EPHAD public à Quéven, 20 ans que la (RD163) doit être sécurisée, mise à mal par le département du service de transport maritime des Iles ; Un budget  culture et au sport en baisse, une politique en faveur de la protection des espaces naturels illisible. …..L’implantation des collèges publics devrait  reposer sur un maillage des communes, pour permettre aux parents et aux enfants de choisir librement leur établissement.....

Les idées de  DEMOCRATIE LOCALE qui ne peut se satisfaire de l’état des lieux. Il faut  favoriser l’intervention des citoyens tout au long du mandat et par des formes à décider avec eux. La démocratie doit être au cœur du vivre ensemble. C’est pourquoi, nous voulons une vraie démocratie locale, dont le canton au sein du département  doit être moteur avec la commune et  l'intercommunalité. Le canton, le département doivent y développer l’esprit coopératif en faisant respecter l’esprit décentralisateur, la souveraineté populaire et l’égalité républicaine par la mise en œuvre de référendums d’initiative locale et la participation des citoyens pour construire des solutions et pas simplement une consultation souvent très formelle. Cela exige un engagement a part entière des représentants du canton au département sans autre mandat électif.

 

Les idées de LA TRANSITION ECOLOGIQUE de notre société et dans notre quotidien, l’engagement du département  dans ce domaine est d’une grande  frilosité, nous attendons une aide résolue à l’installation des circuits-courts et d'agriculteurs biologiques, un schéma départemental de piste cyclable, une révision du schéma départemental d'élimination des déchets, l’aide aux transports en commun innovants, aux bâtiments économes en énergie, une protection renforcée du foncier agricole,  le soutien aux entreprises et associations qui participent à la transition écologique, le soutien  par le département au sein de chaque canton de démarche d'agenda 21.

Ce document n’a pas vocation à lister notre programme. Les quelques exemples cités ci-dessus permettent de mesurer nos engagements et les axes de notre campagne.

 LES CANDIDAT(E)S

 

REGINE LE JEUNE,     Quéven, bibliothécaire, syndicaliste, FRONT de gauche (titulaire)

DANIELLE BIGOIN,  Ploemeur, aide médico-psychologique, ancienne maire-adjointe à l’éducation, FRONT de gauche   (suppléante)

MICHEL LE MESTRALLAN,  Ploemeur,  retraité, proviseur de lycée, conseiller municipal de Ploemeur, PCF, front de gauche (titulaire)

THIERRY LE FLOCH, Ploemeur, encadrant d’une entreprise d’insertion  économique et sociale, responsable associatif, Europe Ecologie Les Verts (suppléant)

Posté par PCFPLOEMEUR à 18:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

CONSEIL MUNICIPAL, 15 janvier 2015

CONSEIL MUNICIPAL DU 15 JANVIER 2015

INTERVENTION DE MICHEL LE MESTRALLAN

LISTE CITOYENNE, FRONT DE GAUCHE, EUROPE ECOLOGIE LES VERTS

BORDEREAU N°6 VENTE D’UNE MAISON 20 RUE DES ECOLES

 La vente de ce terrain et de la maison associée, propriété de la ville, en centre-ville, est emblématique de ce que vous introduisez depuis 9 mois.

Vous transformez un petit projet immobilier avec du locatif, en revente à un particulier.

 Ploemeur a besoin d’un centre-ville plus dense avec des populations diversifiées. Ces besoins sont vitaux pour la démographie, pour l’activité économique, notamment pour les commerçants et  pour développer nos écoles. Ce centre-ville densifié permettrait de limiter les déplacements.

Parmi les motivations de réalisation d’un nouveau PLU vous écrivez notamment ceci :

-  Accroitre les possibilités de construction tant au centre-ville que  sur la côte

-  Développer l’accession sociale à la propriété

  Vous le faites, écrivez-vous dans les motivations de la relance du nouveau PLU,  pour améliorer la démographie, permettre l’augmentation du nombre des enfants scolarisés, veiller à ce que les nouvelles constructions soient proches des services.

Je note, évidemment l’absence de toute référence au logement locatif

A l’occasion des réunions de quartier, la répétition de ces séances aidant,  je pensais mieux comprendre comment vous pouvez afficher de tels objectifs,   et prendre des mesures comme celles de ce bordereau qui vont totalement à l’encontre de la visée recherchée.

Je me suis dit que quelque chose m’échappait, j’ai donc interrogé autour de moi et par chance j’ai constaté que nous sommes nombreux à ne pas comprendre.

Y-a-t-il quelque chose à comprendre ?

Vous n’avez pas un problème de pédagogie M. Loas et je n’ai pas un problème de compréhension. Vous omettez simplement de dire une partie de la vérité et la contradiction entre les objectifs et les moyens est bien réelle. Simplement vous ne voulez pas du locatif, vous ne voulez pas densifier le centre-ville.

Vous ne voulez que certains nouveaux habitants sur cette ville, surtout pas la diversité des populations.

Pour copier un édile que vous connaissez bien, M. Loas, vous n’êtes plus en campagne électorale. Répondez aux besoins des populations.

Ce bordereau et la proposition qu’il contient vont totalement à l’encontre des objectifs et des solutions que vous préconisez vous-même.

Un petit projet immobilier sur ce terrain pouvait contribuer à remplir nombre des objectifs

Il pouvait notamment permettre de créer quelques logements locatifs à tarif intéressant qui font tant défaut sur la commune ainsi que nous le confirme le diagnostic du PLU. Mais vous n’en voulez pas.

Votre recherche de liquidités et vos à priori politiques vous conduisent à revendre des pièces d’un puzzle qu’il a été très difficile de construire.

Mais il vaut sans doute mieux acquérir le château de Soye.

Posté par PCFPLOEMEUR à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Ploemeur, réunions de quartiers, ni démocratiques, ni participatives !

Les réunions de quartier viennent de s'achever.

UNE CARICATURE DE L'ECOUTE DES CITOYENS

En aucun cas, elles ne font appel à la participation des citoyens. Leur calendrier a été connu tardivement, (après une sollicitation de ma part 4 jours avant le conseil municipal et une annonce dans l'urgence dans la presse). Pas de transmission aux citoyens dans leurs boîtes aux lettres.

Elles n'ont pas été préparées par des rencontres dans les quartiers, ni animées sur place par des élus.

Elles n'ont donc pas été le reflet de l'écoute des habitants.

La forme de ces réunions, contrairement aux propos du Maire, ne diffère en rien de celles du mandat précédent: un monologue de plus d'une heure qui ne laisse pas la place à un véritable débat.

La démocratie ne se mesure pas au nombre des tweets expédiés. La modernité serait d'associer, de demander leur avis, d'écouter...

L'exemple de la mise à double sens, sur 20m, de la rue des corvettes au Fort-Bloqué est exemplaire. La décision a été mise en oeuvre, dans un premier temps, sans les formes légales élémentaires, sans consultation. Face à la protestation, une consultation tronquée a été mise en oeuvre pour justifier la décision. Cela n'a rien à voir avec la démocratie.

DES INFORMATIONS TRONQUEES, DES OUBLIS et UN REFUS DE DEBATTRE

Le langage de proximité utilisé cache mal les intentions réelles.

L'abandon de la ZAC Grand Pré-Kéradéhuen a nécessité pour la Municipalité l'ouverture d'un emprunt de 2 millions d'euros. Au delà-des conséquences désastreuses pour l'avenir de la ville (non-installation de 450 familles, rentrées financières avec les impôts locaux payés par ces nouvelles familles...), c'est la capacité à emprunter qui est atteinte. Aucune information aux ploemeurois au cours de ces réunions de quartier.

La recherche des économies nécessitée par l'austérité catastrophique imposée par le gouvernement et partagée par l'Equipe municipale est l'occasion d'annoncer le recours à des entreprises privées... sans jamais le dire vraiment. Le sort des employés territoriaux dont la charge de travail est effectivement trop lourde n'est qu'un prétexte pour justifier la mise en place de contrats avec des sociétés. Que l'on ne s'y trompe pas, la volonté de diminuer la charge salariale est bien l'objectif majeur, sans dire, évidemment, que le coût sera plus élevé. La ligne budgétaire va changer, le financement sera reporté ailleurs.

Du personnel territorial qualifié et en nombre est une option qui ne peut être retenue par l'Equipe UMP-UDI-Modem en place.

Le nombre des m2 de bâtiments communaux et l'état de certains d'entre-eux a été l'occasion d'une manipulation honteuse. Loin de moi l'idée de prétendre que certains ne nécessiteraient pas des travaux d'urgence, pour autant utiliser la ferme GALLO, le centre technique municipal sans faire savoir que ces bâtiments devaient disparaître dans le cadre de la ZAC-centre, que M.Loas et M.Tonnerre ont décidé de rayer de la carte des projets, relève bien de la manipulation. Quel intérêt, sauf caractère d'urgence, de remettre en état des bâtiments voués à disparaître.

Des économies, il n'en est pas réalisé partout. Prenons l'exemple de l'option idéologique de changer le PLU.

62000€ annoncés au cours de l'une des réunions, sans évoquer le travail des personnels communaux durant les 3 années, au moins, de préparation de ce nouveau PLU. Une révision simple eut été possible. 

Nombre des habitants, équilibre sociologique, protection des espaces, non recours au mitage, recentrage de la ville sur son centre, tout cela est en cause dans les intentions de nos édiles.

Aucun de ces messages n'a pu réellement être porté à l'occasion de ces réunions puisque toute contestation a immédiatement été empêchée en coupant la parole, en usant du micro.

Il est nécessaire que les habitants portent les interrogations et les protestations pour que les choix annoncés changent.

Michel LE MESTRALLAN

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

RETROUVEZ NOUS AU MARCHE DE PLOEMEUR, LE DIMANCHE MATIN

de 9h30 à 11h30, tous les dimanches sur le marché pour la vente de l'HUMANITE, discuter et échanger

HD 48

 

DSC01553 (4)

Posté par PCFPLOEMEUR à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

JOURNAL MUNICIPAL, DESOLANT !

bulletin municipal001

Nous venons de prendre connaissance du premier numéro du journal municipal réalisé par les nouveaux élus.

Des idées défendues en passant par la forme et l'écriture, ce numéro est consternant.

8 pages sont consacrées au rôle et instances du conseil municipal, 4 pages à la promotion de nouvelles entreprises. 1 page aux maisons et jardins fleuris, le tout pour 20 pages dsiponibles. Certains ont estimé le niveau de lecture digne d'un CM2, d'autres, plus sympathiques, l'ont monté jusqu'aux pages d'un manuel d'instruction civique de 5ème. Choix de la police des caractères , reprise de documents officiels, aucune adaptation à la situation locale, il n'y a dans ces pages aucune intention de livrer des orientations sur les mois à venir mais un profond mépris à l'égard des habitants. Ploemeuroises, Ploemeurois, vous avez voté sans avoir aucune connaissance de la vie municipale, tel est le message qui se dégage de ces pages. Je ne suis pas persuadé que ceux qui ont rédigé ce numéro avaient, aujourd'hui élus, avant de les écrire, pleinement connaissance de l'engagement qu'ils risquaient de prendre.

Aucune place pour les associations, rien sur l'ouverture du centre culturel (3 photos), rien sur les activités et résultats sportifs de cette année, rien sur des décisions prises depuis 4 mois par la nouvelle Municipalité, rien, ou si peu, sur l'avenir.

L'éditorial du Maire ferait un excellent exercice de correction de la syntaxe et de la ponctuation. Plus grave, plus important et plus intéressant, il souligne les difficultés auxquelles la Municipalité ne va pas manquer d'être confrontée. Il attribue au contexte économique, au bilan de la municipalité sortante et à la nécessité de diminuer les dotations des collectivités les lendemains difficiles qui nous attendent.

En effet, des difficultés très graves sont à attendre, elles proviennent des choix de faire des collectivités les contributeurs majeurs de l'austérité. En cela, M. Loas, sans l'écrire, n'est pas en désaccord avec les choix du gouvernement de François Hollande et de Manuel Valls.

Dans ce contexte, prétendre ne pas augmenter les impôts, voire les baisser, et maintenir les services à la population en espérant aller chercher des gains sur une meilleure gestion des deniers relève, au mieux de la naïveté, plus certainement du mensonge.

Les sommes cumulées de la baisse de la dotation de fonctionnement et de l'augmentation des charges (financement des nouveaux rythmes scolaires par exemple) vont peser très lourd dans l'exercice en cours et plus encore dans celui de l'année 2015. Nous en reparlerons.

Ce n'est pas le passif de l'équipe municipale sortante qu'il convient de rendre responsable de cette situation mais bien les orientations politiques du gouvernement, orientations partagées par M. Loas et ses amis.

Oui, vraiment, ce numéro 76 de juillet 2014, du bulletin municipal "en dit long" sur la capacité de ceux qui pilotent désormais l'activité municipale et sur les orientations que nous allons devoir combattre.

Michel LE MESTRALLAN

Posté par PCFPLOEMEUR à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]