Ploemeur, réunions de quartiers, ni démocratiques, ni participatives !

Les réunions de quartier viennent de s'achever.

UNE CARICATURE DE L'ECOUTE DES CITOYENS

En aucun cas, elles ne font appel à la participation des citoyens. Leur calendrier a été connu tardivement, (après une sollicitation de ma part 4 jours avant le conseil municipal et une annonce dans l'urgence dans la presse). Pas de transmission aux citoyens dans leurs boîtes aux lettres.

Elles n'ont pas été préparées par des rencontres dans les quartiers, ni animées sur place par des élus.

Elles n'ont donc pas été le reflet de l'écoute des habitants.

La forme de ces réunions, contrairement aux propos du Maire, ne diffère en rien de celles du mandat précédent: un monologue de plus d'une heure qui ne laisse pas la place à un véritable débat.

La démocratie ne se mesure pas au nombre des tweets expédiés. La modernité serait d'associer, de demander leur avis, d'écouter...

L'exemple de la mise à double sens, sur 20m, de la rue des corvettes au Fort-Bloqué est exemplaire. La décision a été mise en oeuvre, dans un premier temps, sans les formes légales élémentaires, sans consultation. Face à la protestation, une consultation tronquée a été mise en oeuvre pour justifier la décision. Cela n'a rien à voir avec la démocratie.

DES INFORMATIONS TRONQUEES, DES OUBLIS et UN REFUS DE DEBATTRE

Le langage de proximité utilisé cache mal les intentions réelles.

L'abandon de la ZAC Grand Pré-Kéradéhuen a nécessité pour la Municipalité l'ouverture d'un emprunt de 2 millions d'euros. Au delà-des conséquences désastreuses pour l'avenir de la ville (non-installation de 450 familles, rentrées financières avec les impôts locaux payés par ces nouvelles familles...), c'est la capacité à emprunter qui est atteinte. Aucune information aux ploemeurois au cours de ces réunions de quartier.

La recherche des économies nécessitée par l'austérité catastrophique imposée par le gouvernement et partagée par l'Equipe municipale est l'occasion d'annoncer le recours à des entreprises privées... sans jamais le dire vraiment. Le sort des employés territoriaux dont la charge de travail est effectivement trop lourde n'est qu'un prétexte pour justifier la mise en place de contrats avec des sociétés. Que l'on ne s'y trompe pas, la volonté de diminuer la charge salariale est bien l'objectif majeur, sans dire, évidemment, que le coût sera plus élevé. La ligne budgétaire va changer, le financement sera reporté ailleurs.

Du personnel territorial qualifié et en nombre est une option qui ne peut être retenue par l'Equipe UMP-UDI-Modem en place.

Le nombre des m2 de bâtiments communaux et l'état de certains d'entre-eux a été l'occasion d'une manipulation honteuse. Loin de moi l'idée de prétendre que certains ne nécessiteraient pas des travaux d'urgence, pour autant utiliser la ferme GALLO, le centre technique municipal sans faire savoir que ces bâtiments devaient disparaître dans le cadre de la ZAC-centre, que M.Loas et M.Tonnerre ont décidé de rayer de la carte des projets, relève bien de la manipulation. Quel intérêt, sauf caractère d'urgence, de remettre en état des bâtiments voués à disparaître.

Des économies, il n'en est pas réalisé partout. Prenons l'exemple de l'option idéologique de changer le PLU.

62000€ annoncés au cours de l'une des réunions, sans évoquer le travail des personnels communaux durant les 3 années, au moins, de préparation de ce nouveau PLU. Une révision simple eut été possible. 

Nombre des habitants, équilibre sociologique, protection des espaces, non recours au mitage, recentrage de la ville sur son centre, tout cela est en cause dans les intentions de nos édiles.

Aucun de ces messages n'a pu réellement être porté à l'occasion de ces réunions puisque toute contestation a immédiatement été empêchée en coupant la parole, en usant du micro.

Il est nécessaire que les habitants portent les interrogations et les protestations pour que les choix annoncés changent.

Michel LE MESTRALLAN

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

visuel

exe_aff_bulles_web

exe_aff_bulles_web3

exe_aff_bulles_web4

exe_aff_bulles_web5

Posté par PCFPLOEMEUR à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

compte rendu de mandat octobre 2014

compte rendu de mandat 1 a4 page1

compte rendu de mandat 1 a4 page 2

compte rendu de mandat 1 a4 page 3

compte rendu de mandat 1 a4 page 4

Posté par PCFPLOEMEUR à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

RENTREE SCOLAIRE

Pour nos enfants, nous voulons le meilleur :

NOUS VOULONS L’ÉGALITÉ !

 

Un projet pour l’école, c’est un projet pour la société. Nous voulons combattre les inégalités, en finir avec la concurrence généralisée et construire des réponses collectives aux défis de l’avenir. Nous voulons l’école de l’égalité !

 Le savoir est un pouvoir. Maîtriser des connaissances complexes, c’est ce qui permet de maîtriser son travail, d’être un citoyen actif dans la démocratie, bref, de ne pas subir et de choisir sa vie. L’école n’a pas à faire le tri entre ceux qui auront ce pouvoir et les autres. Au contraire, elle doit donner à tous les moyens de s’approprier des savoirs complexes.

 Il est temps d’en finir avec l’école de la sélection. Est-ce bien une affaire de « mérite », si ce sont toujours les mêmes qui accèdent aux plus grandes écoles et qui, par la suite, accaparent le pouvoir dans la société ? Non ! C’est simplement le signe qu’il faut changer l’école, pour qu’elle cesse de reproduire et d’aggraver les inégalités.

 Tous les enfants sont capables d’apprendre. On dit que certains enfants ne sont pas faits pour l’école… mais c’est l’école qu’il faut changer pour qu’elle fasse réussir tous les enfants : nous voulons l’école de l’égalité !

 Nous voulons du temps pour apprendre :

le droit à la scolarité dès 2 ans pour toutes les familles qui le souhaitent, le rétablissement des heures d’école supprimées par la droite, une scolarité obligatoire prolongée de 3 à 18 ans.

 Nous voulons une réforme des programmes,

pour construire une culture commune ambitieuse pour tous. Il faut en finir avec les objectifs différenciés selon les élèves : les programmes pour les uns, le socle pour les autres. L’école doit enseigner tout ce qui est nécessaire pour réussir à l’école, sans se reposer sur les familles, le soutien scolaire ou les cours privés.

 Nous voulons des personnels qualifiés et maîtrisant leur métier.

Il y en a assez des enseignants non remplacés, des infirmeries fermées, du manque de personnel qui fait de l’accueil des élèves handicapés un parcours du combattant… Les enseignants doivent avoir le temps de se former, avant d’entrer dans le métier et tout au long de leur carrière. Pour tous les personnels de l’éducation, il faut en finir avec la précarité, recruter pour répondre aux besoins et favoriser la stabilité des équipes.

 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

LES RYTHMES SCOLAIRES : UN PROBLÈME NATIONAL !

La droite avait supprimé une demi-journée d’école aux élèves : voilà qui ne risquait pas d’aider l’école à réduire les inégalités. Et maintenant, le gouvernement socialiste impose aux collectivités locales de prendre en charge cette demi-journée ! Selon où ils vivent, les enfants auront droit à des activités de qualité ou à une simple garderie, à des loisirs gratuits ou payants…

 L’État doit rendre aux enfants les heures d’école qui leur ont été volées. Il doit également inscrire la réforme dans un cadre national et garantir la gratuité des activités périscolaires proposées. Il doit garantir le statut et la formation des animateurs.

 À partir des réalisations des communes, construisons un grand service public national du loisir éducatif : pour des activités de qualités, gratuites, pour tous et partout.

 4 MESURES URGENTES POUR L’ÉCOLE DE L’ÉGALITÉ.

 L’État doit garantir la gratuité de l’éducation pour tous.

Y compris au lycée et dans les filières professionnelles et technologiques, où le matériel est parfois très coûteux. Les fonds sociaux des établissements doivent être revalorisés pour faire face aux besoins, les bourses multipliées, les transports scolaires organisés et gratuits.

 Dans les quartiers, dans les villages, un même droit à l’éducation.

La concurrence règne entre les établissements et entre les familles. La course au « bon » lycée, à la « bonne » filière, à la « bonne » classe ne profite à personne. Il faut rétablir une carte scolaire et reconstruire un service public national, assurant le droit à l’éducation pour tous, sur tout le territoire.

 Des personnels qualifiés partout, pour tous.

La réussite de l’école passe par la formation et la stabilité des équipes éducatives. Il faut d’urgence créer des postes et redonner aux jeunes l'envie d’entrer dans les métiers de l'enseignement, en revalorisant les salaires, en améliorant les conditions de travail, et donnant une véritable formation initiale et continue.

 Pour une même formation, une qualification commune.

Dès maintenant, l’État doit garantir qu’une même formation débouche sur une même qualification. Cela passe par le renforcement des diplômes nationaux et la reconnaissance de toutes les années d’étude dans les conventions collectives.

 Tout cela nécessite des moyens. Dépenser pour l’éducation, c’est investir dans l’avenir !Il faut en finir avec l’austérité et développer tous les services publics, pour construire une société où la mise en commun et le partage remplaceront la guerre de tous contre tous. C’est le projet que portent les communistes : ensemble, nous pouvons le réaliser.

 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

FÊTE DE L’HUMANITÉ, les 12, 13 et 14 septembre 2014

La Fête de l’Humanité sera le grand rendez-vous populaire et politique de la rentrée

Ce sera bien sûr celui de la jeunesse, de celles et ceux qui luttent, le rendez-vous des communistes, du Front de gauche et au-delà de toute la gauche qui ne renonce pas face aux politiques libérales. Ce sera le rendez-vous du vrai débat, le rendez-vous des idées neuves pour, ensemble, conquérir une véritable alternative. Retrouvons-nous y nombreux !

Fédération du PCF du Morbihan 70 bis, rue Marcel Sembat 56600 Lanester - tél : 02 97 21 01 26 – mail: pcf56@wanadoo.fr

Posté par PCFPLOEMEUR à 09:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

REUNION MENSUELLE SEPTEMBRE 2014

La réunion mensuelle des adhérents du PCF et des amis du Front de gauche se déroulera le mercredi 3 septembre à 18 heures au local des 4A.

La situation très difficile de cet été, nationale et internationale, nous conduire à débattre et à proposer des initiatives.à l'échelle locale;

VENEZ NOMBREUX

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

RETROUVEZ NOUS AU MARCHE DE PLOEMEUR, LE DIMANCHE MATIN

de 9h30 à 11h30, tous les dimanches sur le marché pour la vente de l'HUMANITE, discuter et échanger

HD 48

 

DSC01553 (4)

Posté par PCFPLOEMEUR à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

urgence GAZA

    HALTE AU MASSACRE

ARRÊT DE L’INTERVENTION

ISRAÉLIENNE À GAZA

MARCHE POUR GAZA

VENDREDI 8 AOÛT

 18h : départ de l’Espace Cosmao à Lorient

19h : rassemblement place Aristide Briand

 

    27 jours de bombardements, plus de 1800 palestiniens tués, plus de 9000 blessés, des centaines d’habitations détruites ou endommagées, des écoles (y compris de l’UNRWA), des hôpitaux, des mosquées et des ambulances bombardées. 

  La situation dramatique à GAZA ne peut laisser indifférents.>  

Ensemble demandons :

 - L’arrêt immédiat des bombardements et de l’intervention au sol sur Gaza

La levée du blocus de Gaza

La fin de l’occupation et le démantèlement des colonies.

Une solution politique basée sur le respect des principes du droit international

 - Pour qu'enfin les deux peuples palestinien et israélien  puissent vivre en paix et en sécurité dans des frontières reconnues et acceptées par tous.

 - La protection par l'ONU de l’ensemble des territoires occupés : Gaza, Cisjordanie et Jérusalem Est

 La liberté de manifester notre solidarité avec les peuples persécutés.

  
 À l'appel de : AFPS (Association France Palestine Solidarité du pays de Lorient), Mouvement de la Paix 56, UD CGT56, PCF56, MRAP56, CRISLA, ASFG5.56 (Association des sympathisants du front de gauche de la 5° circonscription du Morbihan), PG (Parti de Gauche 56), FSU 56, Comité de Jumelage d’Hennebont, Syndicats SOLIDAIRES, SUD Education, EELV Pays de Lorient, UJFP (Union  Juive Française pour la Paix), ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants), un groupe de jeunes citoyens du Pays de Lorient, Association culturelle turque du Pays de Lorient, ACIL (Association culturelle islamique du pays de Lorient). NPA56 et NPA Quimperlé  >  

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

ILS ONT TUE JAURES !

JAURES

Posté par PCFPLOEMEUR à 16:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

JOURNAL MUNICIPAL, DESOLANT !

bulletin municipal001

Nous venons de prendre connaissance du premier numéro du journal municipal réalisé par les nouveaux élus.

Des idées défendues en passant par la forme et l'écriture, ce numéro est consternant.

8 pages sont consacrées au rôle et instances du conseil municipal, 4 pages à la promotion de nouvelles entreprises. 1 page aux maisons et jardins fleuris, le tout pour 20 pages dsiponibles. Certains ont estimé le niveau de lecture digne d'un CM2, d'autres, plus sympathiques, l'ont monté jusqu'aux pages d'un manuel d'instruction civique de 5ème. Choix de la police des caractères , reprise de documents officiels, aucune adaptation à la situation locale, il n'y a dans ces pages aucune intention de livrer des orientations sur les mois à venir mais un profond mépris à l'égard des habitants. Ploemeuroises, Ploemeurois, vous avez voté sans avoir aucune connaissance de la vie municipale, tel est le message qui se dégage de ces pages. Je ne suis pas persuadé que ceux qui ont rédigé ce numéro avaient, aujourd'hui élus, avant de les écrire, pleinement connaissance de l'engagement qu'ils risquaient de prendre.

Aucune place pour les associations, rien sur l'ouverture du centre culturel (3 photos), rien sur les activités et résultats sportifs de cette année, rien sur des décisions prises depuis 4 mois par la nouvelle Municipalité, rien, ou si peu, sur l'avenir.

L'éditorial du Maire ferait un excellent exercice de correction de la syntaxe et de la ponctuation. Plus grave, plus important et plus intéressant, il souligne les difficultés auxquelles la Municipalité ne va pas manquer d'être confrontée. Il attribue au contexte économique, au bilan de la municipalité sortante et à la nécessité de diminuer les dotations des collectivités les lendemains difficiles qui nous attendent.

En effet, des difficultés très graves sont à attendre, elles proviennent des choix de faire des collectivités les contributeurs majeurs de l'austérité. En cela, M. Loas, sans l'écrire, n'est pas en désaccord avec les choix du gouvernement de François Hollande et de Manuel Valls.

Dans ce contexte, prétendre ne pas augmenter les impôts, voire les baisser, et maintenir les services à la population en espérant aller chercher des gains sur une meilleure gestion des deniers relève, au mieux de la naïveté, plus certainement du mensonge.

Les sommes cumulées de la baisse de la dotation de fonctionnement et de l'augmentation des charges (financement des nouveaux rythmes scolaires par exemple) vont peser très lourd dans l'exercice en cours et plus encore dans celui de l'année 2015. Nous en reparlerons.

Ce n'est pas le passif de l'équipe municipale sortante qu'il convient de rendre responsable de cette situation mais bien les orientations politiques du gouvernement, orientations partagées par M. Loas et ses amis.

Oui, vraiment, ce numéro 76 de juillet 2014, du bulletin municipal "en dit long" sur la capacité de ceux qui pilotent désormais l'activité municipale et sur les orientations que nous allons devoir combattre.

Michel LE MESTRALLAN

Posté par PCFPLOEMEUR à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]