07 avril 2017

VOTEZ J.L. MELENCHON

MELENCHON006MODIF

MELENCHON005MODIF

Posté par PCFPLOEMEUR à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mars 2017

2ème atelier citoyen: les transports dans le pays de Lorient

A l'initiative de l'association du front de gauche du pays de Lorient

 

atelier transport001

Posté par PCFPLOEMEUR à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2017

A propos de l'arrivée du Triskell à Ploemeur

le 17 mars 2017

Il est normal que cette question entraîne des débats, commentaires, critiques ou/et propositions alternatives.

J'ai, moi aussi, quelques réflexions et propositions à formuler.

La question du transport public, de son développement, de son mode de gestion, de son impact est essentielle.

Contrairement à certains maires élus en 2014, tous à droite de l'échiquier politique, je pense que pour des raisons de justice sociale, de préservation de la planète, de structuration des espaces publics, l'enrichissement intelligente de l'offre de transport collectif est indispensable.

Je ferai dans les lignes qui suivront l'impasse sur les autres modes de déplacement (bateau, vélo, voies piétonnes) dont je ne sous-estime en rien l'intérêt; Ces usages du vélo et de la marche à pieds ne se développeront que si celui du bus se développe.

 La mise en place du Triskell peut participer à la satisfaction de ces exigences.

A ce titre, le retard occasionné par sa mise en place à Ploemeur, imputable au nouveau maire et à son équipe, est dommageable. Financements devenus incertains, accroissement de la circulation automobile, mise en cause du transport collectif qui a besoin d'un nouveau souffle sont les conséquences de ces atermoiements. Que l'on ne se précipite pas est une chose, que l'on déclare que cette arrivée n'est pas urgente et qu'elle doit se faire à minima en est une autre.

 La question qui est posée ne peut se limiter au seul tracé de la ligne, à l'organisation de la chaussée ou au nouveau dessin des ronds-points. Sur ces questions, je suis d'accord avec les propositions qui donnent la priorité au bus, qui empêchent le dépassement, qui rendent accessibles à tous les nouveaux arrêts.

Je partage également l'avis de ceux qui refusent la mise en place d'une déviation du centre-ville, coûteuse, dévoreuse d'espaces agricoles et naturels, favorisant encore les déplacements individuels.

 Par contre, je suis très inquiet par les propos du vice-président de l'agglomération faisant de la réduction du coût du transport collectif un objectif majeur de la mise en place du Triskell en général et de son extension en particulier. Satisfaire les usagers (et dans ce cas gagner du temps est positif), augmenter de manière conséquente le nombre des utilisateurs, faire reculer l'usage de la voiture m'apparaissent des objectifs bien plus importants que le gain financier espéré dans le rythme des rotations, dans la circulation du nombre des bus et le temps de travail des chauffeurs (propos tenus à l'Océanis).

En développant vraiment  les transports collectifs, tous les transports collectifs, en faisant du développement de leur usage une priorité absolue, en les rendant gratuits, en améliorant leur fonctionnement, les utilisateurs seraient beaucoup plus nombreux et le coût de ce transport serait plus que jamais justifié. Rappelons que moins de voitures, c'est aussi un gain financier pour la collectivité et les individus (santé notamment).

 Tergiverser sur cette question, c'est prendre le risque d'investir beaucoup pour bien peu d'effets, voir de résultats contre-productifs. L'augmentation du prix des billets du TGV, la nouvelle tarification appliquée par la CTRL sont autant d'inquiétudes pour l'objectif du transport collectif.

En la circonstance, s'arrêter à mi-parcours des objectifs majeurs, ce serait les mettre en cause et prendre le risque de l'échec.

Michel LE MESTRALLAN, conseiller municipal

canvas

Posté par PCFPLOEMEUR à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2017

Défendre les libertés

Défendre les libertés et l’État de droit -Déclaration du Conseil national du PCF

La campagne présidentielle se poursuit, depuis plusieurs semaines, dans un climat délétère, sans débat contradictoire pour surmonter les impasses économiques, la crise sociale, les défis écologiques que notre pays affronte. Notre peuple se voit confisquer les enjeux de cette élection.

Mercredi 1er mars, un cap d’une extrême gravité a été franchi. Convoqué par des juges d’instruction en vue d’une mise en examen, François Fillon a osé évoquer un « assassinat politique » et mis les procédures judiciaires concernant les emplois présumés fictifs de ses proches sur le compte d’un « coup d’État des juges ». Dans la foulée, l’hebdomadaire Valeurs actuelles relayait un appel à manifester, dimanche, contre la Justice. Ces démarches séditieuses, convergent avec les violentes attaques de Marine Le Pen contre les juges, les fonctionnaires, les journalistes.

Ce sont la liberté de la presse, l'indépendance de la Justice, la démocratie qui sont attaquées.

Les tirs croisés des candidat-e-s de droite et d’extrême droite dessinent un scénario alarmant pour la démocratie, pour l’État de droit. Ces assauts, venant de ceux qui prétendent exercer la fonction de gardien des institutions minent les fondements de la République. Ils témoignent de la déliquescence, au dernier degré, d’un système politique qui organise la confiscation des décisions, de la parole démocratique et de l’action politique.

Cette confiscation sert les intérêts des forces de l'argent qui œuvrent depuis des mois à étouffer l'expression de toute alternative politique réelle.

Il faudra, très vite, poser la première pierre d’une démocratie nouvelle, sur les ruines de la Ve République.

En attendant, il faut sortir du sentiment d’impuissance, d’amertume et de colère que suscite, chez les citoyen-ne-s, la prise en otage du processus démocratique. L'idée même de la République fondée sur un État de droit est en danger.

Nous en appelons, solennellement, à un sursaut.

Le peuple de France a su, tout au long de son histoire, s’organiser et faire front, chaque fois que les libertés démocratiques étaient prises pour cible. Nous refusons l’enfermement dans une alternative entre le candidat désigné par la Finance et ceux qui portent la tentation factieuse.

Il est encore temps d’initier, dans l’urgence, comme surent le faire nos aîné-e-s par le passé, un processus politique guidé par les principes de démocratie, de justice sociale, de préservation de l’État de droit.

C’est aujourd’hui ce qui nous tient ensemble, en tant que peuple libre, qui est en jeu.

D'ores et déjà des initiatives citoyennes voient le jour, nous appelons à les amplifier partout dans le pays. Nous appelons l'ensemble des forces démocratiques, politiques, syndicales et associatives à organiser dans les jours qui viennent des rassemblements populaires pour la défense des fondements de notre démocratie, de la liberté de la presse et de l’État de droit.

Posté par PCFPLOEMEUR à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mars 2017

legislative, inauguration du local de campagne, 5ème circonscription

LOCAL DE CAMPAGNE

Posté par PCFPLOEMEUR à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2017

L'ennemi, c'est toujours la finance !

LA BELLEVILOISE

Posté par PCFPLOEMEUR à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 février 2017

Ploemeur, budget 2017 aucune ambition !

1. Des conditions d'examen plus que discutables

a.  Je constate la présence du diaporama de présentation, un plus non négligeable mais malgré nos demandes de décembre et alors que l'exercice est achevé nous ne disposons pas des données de 2016. Personne ne peut croire que vous ne disposiez pas du "réalisé" de l'exercice achevé lorsque vous avez préparé ce budget. Cette évidence est confirmée par les réponses apportées à mes questions pour lesquelles il m'a été souvent répondu que les écarts entre le budget 2016 et celui qui nous est proposé provenaient de la prise en compte de l'exercice 2016.

 b.  Ce budget devrait être impacté par le départ de l’EHPAD. Aucune analyse synthétique ne nous est proposée pour apprécier ce qui se passe, ni dans les dépenses, ni dans les effets sur le personnel.

 M. Loas, vous pouvez toujours prétendre, en présence de la presse, que vous ouvrez la porte à l'opposition, il conviendrait que vous assuriez déjà le minimum afin que la démocratie puisse fonctionner. Je constate que dans votre majorité elle-même, lorsque nous posons des  questions,  nombre d’entre-elles restent sans réponse. Les personnes ne sont pas en cause, c’est votre mode de fonctionnement qui ne permet pas le travail collectif.

 Ce budget ne reflète en rien les ambitions nécessaires pour la ville.

Rien pour les acquisitions foncières, des mesures ponctuelles et pas de projet cohérent pour la mise en œuvre de l'agenda 21 et de la COP, les mesures incitatives, les mesures pédagogiques  à l'égard de nos enfants et de leurs familles.

Le projet culturel et artistique n'existe pas.

Là comme ailleurs, des mesures disparates sont alignées, sans lignes conductrices.

Quand allons-nous discuter de votre projet pour les services publics qui figurent dans le DOB comme devant évoluer ?

Est-ce comme vous venez de le faire, sans débat, ainsi que vous avez agi avec l'EHPAD ?

 Bien sûr que tout n'est pas à jeter mais nous sommes sur des mesures sans projets.

La politique des transports dans la ville qui relève pour une part de notre responsabilité devrait comprendre tous les aspects de ces transports, les voies douces doivent s'alimenter du devenir des stationnements, des propositions à l'agglo pour la restructuration des lignes de bus  , propositions que nous aurions pu débattre avec la population, rien de tout cela.

 Ce budget est profondément handicapé par des choix réalisés par votre équipe du début de mandat. Le poids de certains d'entre-eux est considérable.

 Si vous avez encore la légitimité administrative, vous ne l'avez plus dans la totalisation des résultats de l'élection de 2014. Vous êtes considérablement fragilisé. Nous vous demandons de nous considérer comme l'opposition et non comme la minorité.

 2. sur les prévisions de recettes

3 remarques,

  1. la première sur la DGF, même si la baisse des dotations attribuées par l'état a été minorée, il n'en reste pas moins qu'elle est à nouveau bien réelle. En 4 ans les pertes de dotations pour la commune vont s'élever à 1, 4  million d'euros. Que de réalisations en moins ! que de travaux en moins ! que de travail en moins pour les entreprises et leurs salariés ! Que de services rendus en moins à la population! Décidément le bilan de ce gouvernement aura coûté bien cher aux communes et ce qu'annoncent certains laisse craindre le pire.  
  2. Vos décisions accentuent la réduction des recettes. Vous n’avez pas démarré les programmes de logements qui auraient permis d’abonder les finances locales. Les annonces des opérations de la rue de Larmor, pour satisfaisantes qu’elles pourraient être ne font pas le compte, d’autant que certains viennent en remplacement d’un habitat existant.
  3. La ligne des emprunts connaît une progression spectaculaire de 1.820 000€ sur la prévision budgétaire 2016, à 4.360 000€. L’exercice d’équilibriste devient de plus en plus complexe.

 3. Sur les dépenses

a. de fonctionnement -

- Jouer sur les appels d'offres, limiter les dépenses des services sont des solutions qui trouvent désormais leurs limites. Au bout d'un moment, sauf à ne plus disposer du nécessaire, il n'est plus possible de se serrer la ceinture.

 Ainsi que nous l’avions annoncé, le contrat signé avec ADECCO afin d'assurer le remplacement des personnels connaît une augmentation sensible. Les +190 000€ de la ligne budgétaire ne sont quasiment imputables en totalité à ce seul contrat. Nous le savons tous, ce choix relevait d'un positionnement idéologique et non des intérêts des ploemeurois. Il fallait régulariser la situation de certains personnels précaires, mais faire appel à une société privée nous coûte beaucoup plus cher dès la 2ème année d'application. Les projets de notre candidate députée et les résultats de leur gestion municipale ne sont pas sans importance et doivent être portés à la connaissance des habitants, nous nous y emploierons.

 b- d'investissement

 - Nous nous félicitons de la poursuite des investissements dans les déplacements doux, cela ne fait pas de ce budget un outil d'une politique énergétique ambitieuse. Alors que nous savons que sur le périmètre de Lorient-agglomération, seuls 4% des besoins énergétiques sont couverts par des énergies renouvelables, ce qui est extrêmement bas, la part de Ploemeur est quasi nulle. Où sont les investissements ou au moins les projets pour "changer la donne" ?

 - La décision de ne pas consacrer de dépenses aux acquisitions foncières est très inquiétante. Pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué, la ligne 2111 est à 0. Vous ne développez pas un projet d’avenir pour la commune.
La décision d’accorder des dégrèvements aux logements vacants amplifie encore le phénomène de « ciseau » que de très nombreux élus de tous bords dénoncent.

 - Dans le prévisionnel, je note l'absence de dépenses pour le château de Soye. pour avoir condamné cet achat en son temps et présenter tous les risques associés à une telle opération, force est de constater, bien tardivement, que l'opération, même à minima dévorerait les faibles marges dont nous disposons. Au bout du compte nous disposons d'un bien dont nous ne savons plus que faire. La remise en état du muret avec la convention qui suivra ne participe pas, ne serait-ce que de l'entretien élémentaire, d'un bâtiment qui s'écroule. Quand on se rappelle que vous avez critiqué le grand nombre des bâtiments communaux dans l'héritage," il y a de quoi tirer sur le pianiste". C'est parce que vous avez défendu cet achat dont la demande provenait de votre coéquipier de l'époque que nous l'avons désormais "sur les bras".

 - Sur les travaux dans les écoles, je vous rappelle que l'école maternelle de Lomener-Kerroch ne dispose pas d'internet depuis la rentrée scolaire de septembre. Le problème est connu et non résolu depuis maintenant près de 6 mois. La réponse de Mme Boleis à ma sollicitation de décembre n'était pas sans m'inquiéter. Je suis obligé de constater que j'avais bien raison d'être inquiet sur le devenir de ce dossier. Rien ne figure dans les investissements pour éliminer ce problème.

Posté par PCFPLOEMEUR à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2017

Des députés FRONT DE GAUCHE, c'est utile !

deputes004

deputes003

Posté par PCFPLOEMEUR à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2017

REUNION MENSUELLE FEVRIER 2017

INVITATION FEVRIER a5

Posté par PCFPLOEMEUR à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :