14 novembre 2013

DONNEZ DE LA VOIX !

Inscription sur les listes électorales

jusqu'au 31 décembre 2013

 

DONNEZ DE LA VOIX !

 

IMAGE VOTE

En 2014, nous votons ?

Les 23 et 30 mars auront lieu les élections municipales, puis, le 25 mai, ce sera les élections européennes. Avec les municipales nous avons l'élection la plus proche des citoyen-nes. Avec les européennes, nous avons la plus éloignée. Mais si cette Europe est opaque, nous savons toutes et tous que ses répercutions sur nos vies quotidiennes sont immenses.

 

Elire des représentant-es du peuple, à tous les niveaux institutionnels c'est élire des porte-voix des exigences populaires.

Et voter, ce n'est pas seulement mettre un bulletin dans une urne, c'est faire fonctionner la démocratie.

Pour pouvoir voter, il faut être inscrit sur les listes électorales. L'inscription sur les listes fait l'objet d'une démarche volontaire. Vous avez jusqu'au 31 décembre pour vous inscrire sur Internet ou dans votre mairie.

 

Dans un climat où la défiance face aux représentants politiques est à son paroxysme, où les idées nauséabondes et discriminatoires sont brandies par certains comme étant l'alternative, il est plus que jamais indispensable de voter pour un projet de société. Pour des élu-es qui auront le courage de défendre des valeurs de solidarité, du vivre ensemble, qui auront le courage de s'attaquer aux politiques ultalibérales, qui auront le courage de mettre au cœur de leurs combats : l'humain d'abord ! Les candidat-es communistes et du Front de gauche seront les candidats de l'alternative face aux politiques d'austérité.

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 08:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

06 novembre 2013

REUNION MENSUELLE DE NOVEMBRE 2013 DES COMMUNISTES ET SYMPATHISANTS

A 18 heures, MERCREDI 6 NOVEMBRE

 RENDEZ-VOUS MENSUEL

RUE DE KERVAM

LOCAL DES 4A

Posté par PCFPLOEMEUR à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2013

MUNICIPALES 2014 REUNION PUBLIQUE vendredi 8 novembre 18h30

À l'initiative de citoyens ploemeurois soutenus par le Front de gauche, Europe Écologie les verts et des citoyens engagés dans la vie locale : « Une démarche a débuté pour élaborer un programme et une liste citoyenne de gauche, démocratique, écologique et laïque aux prochaines élections municipales. Il s'agit pour les initiateurs de cette démarche de mobiliser les habitants soucieux de défendre des valeurs communes et de les associer pleinement à la construction d'une démarche de campagne et d'un programme pour la période 2014-2020 », soulignent Michel Mestrallan et Thierry Le Floch. Ils invitent les Ploemeurois à participer à une réunion publique, vendredi 8, à partir de 18 h 30, dans le local de campagne, rue de Kervam (à gauche du centre commercial près de la crêperie). Et ajoutent : « Au cours de cette rencontre, plusieurs points seront abordés : les grands enjeux de la campagne locale pour l'avenir de Ploemeur, des propositions pour une démarche de participation et de contribution des habitants, le choix d'une tête de liste, le choix du nom que portera la future liste ». Pour toutes informations Michel Le Mestrallan, tél. 02.97.82.72.77 et Thierry Le Floch, tél. 06.83.79.75.01.

Posté par PCFPLOEMEUR à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Déclaration des organisations syndicales de salariés CGT, Solidaires et FSU de Bretagne

·      La Bretagne souffre du fait de sa situation économique et sociale. Les pans industriels de la région sont mis à mal par des restructurations et des suppressions massives d’emplois dans tous les secteurs.

Les organisations syndicales participent, à leur niveau, à freiner les conséquences de cette catastrophe.
Ce gâchis engendre colère, désespoir et mécontentement. Cette détresse monte partout en France et doit alerter les pouvoirs publics sur la réalité sociale du pays.

Pour les organisations syndicales, c’est le signal d’alarme d’une situation qui ne peut plus durer, et dans laquelle, le gouvernement devrait avoir un rôle majeur pour redonner confiance, par des actes, aux salariés licenciés et ceux qui ont un emploi.

La Bretagne n’est pas en dehors de l’augmentation du chômage et de la misère. Cette restructuration de l’industrie est d’autant plus grave qu’il n’est rien prévu, ni par les licencieurs, ni par les pouvoirs publics, pour permettre aux salariés de continuer à vivre d’un travail.

Les politiques d’austérité imposées par l’Europe, ses pays membres, en rajoutent à la situation dans cette crise dont les conséquences sont déjà bien lourdes pour les salariés, les retraités et les privés d’emploi.

C’est pour cela que les organisations syndicales de salariés mobilisent pour le maintien de l’emploi industriel, au quotidien, mais aussi lors de manifestations interprofessionnelles.

Le discours antifiscal de certains acteurs des mobilisations en cours s’appuie sur des réalités. Au lieu d’une urgente réforme fiscale, le gouvernement impose de plus en plus les ménages, d’où une légitime incompréhension. Pour autant, les actions violentes sur médiatisées ne relèvent pas d’un mouvement social de salariés.

Le détournement du mécontentement, réel, d’une grande partie de la population à des fins politiciennes met en cause l’intégrité et l’indépendance des salariés dans un combat qui n’est pas le leur.

Les « bourreaux » sont aux commandes de cette manœuvre et se servent de leurs victimes pour faire en même temps bouclier et bélier. Ils voudraient que les salariés oublient qu’ils ont toujours soutenu les politiques néolibérales responsables de la crise actuelle et que leur « modèle agricole breton » est aujourd’hui une faillite économique, sociale et environnementale.

Les manipulations sont lourdes puisque ce sont les « seigneurs de jadis » qui portent maintenant le bonnet rouge contre le peuple. Les initiateurs de la manifestation du 2 novembre à Quimper ne portent pas les revendications des salariés.

La casse industrielle est un gâchis pour l’économie, mais aussi et surtout pour les femmes et les hommes.
Aujourd’hui ce sont ceux qui licencient qui veulent en découdre avec le gouvernement. Ce combat n’est pas celui des salariés, non pas parce que le gouvernement ferait bien son travail, mais parce que ce qu’exigent les meneurs de cette manifestation, c’est d’aller encore plus loin dans leur stratégie de destruction sociale.

Rares sont les moments d’histoire où les patrons cassent, manifestent et refusent le dialogue. C’est aussi un signe fort que cette agitation porte en lui des germes qui dépassent largement l’écotaxe, même suspendue.

Pour permettre aux salariés de se retrouver, pour faire valoir leurs exigences, pour s’opposer aux fermetures des entreprises, à la casse des services publics et de la protection sociale qui ont comme conséquence des suppressions d’emplois, les organisations syndicales de la région Bretagne C.G.T., Solidaires et F.S.U. appellent l’ensemble des salariés, et ceux qui s’associent à leurs combats, à se rassembler : le samedi 2 novembre à 15 heures place du Champ de Foire à Carhaix.

Rennes, le 30 octobre 2013

Posté par PCFPLOEMEUR à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2013

LA VIOLENCE DES RICHES

LA VIOLENCE DES RICHES001

La bourgeoisie "travaillant pour elle seule, exploitant pour elle seule, massacrant pour elle seule, il lui est nécessaire de faire croire qu'elle travaille, qu'elle exploite, qu'elle massacre pour le bien final de l'humanité. Elle doit faire croire qu'elle est juste. Et elle même doit le croire. M.Michelin doit faire croire qu'il ne fabrique des pneus que pour donner du travail à des ouvriers qui mourraient sans lui.

Paul Nizan, "Les chiens de garde", 1932

Texte repris en ouverture de "La violence des riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, 2013 éditions Zones

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2013

REACTION DU SECRETAIRE du PCF DU FINISTERE AUX LICENCIEMENTS

finistère002

extrait du journal L'HUMANITE DU lundi 21 octobre 2013

Posté par PCFPLOEMEUR à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 octobre 2013

Réforme des retraites : "Un texte antisocial indigne d’un gouvernement de gauche"

Explication de vote par André Chassaigne

 mercredi 16 octobre 2013arton33071-b7bc3-d1329

 Le projet de loi sur les retraites qui prévoit notamment un allongement de la durée de cotisation dans le secteur privé et public à 43 ans à l’horizon 2035, a été adopté le 15 octobre par l’Assemblée nationale à 270 voix Pour et 249 Contre.

"Ce texte prolonge les réformes libérales engagées par la droite (...) il n’est ni juste, ni équitable", a déploré André Chassaigne qui a voté, avec son groupe, "contre ce projet anti-social".

Explication de vote :

Pourquoi ? Pourquoi tant de précipitation à obéir aux diktats des marchés financiers, du patronat et de la commission européenne ?

En choisissant la concertation plutôt que la négociation, le dialogue social a été délibérément réduit à sa portion congrue, vous laissant toute liberté de vous inspirer des préconisations régressives des rapports Moreau et du COR.

Vous seriez passés en force à l’assemblée nationale, si les députés du Front de Gauche ne s’étaient opposés à la procédure du temps programmé. Une opposition que nous avons portée ensemble il y a quelques mois… mais les temps changent et vous avez prouvé qu’en matière de rénovation des droits du Parlement vous n’avez rien à envier à vos prédécesseurs.

Le recours à la procédure accélérée, qui autorise une lecture seulement dans chaque chambre, signe votre volonté de museler le débat public et parlementaire, et votre acharnement à vouloir faire passer un texte qu’une écrasante majorité de nos concitoyens réprouve…

Et pour cause : ce texte prolonge les réformes libérales engagées par la droite depuis 1993.

Il n’est ni juste ni équitable. C’est un tissu de régressions sociales que peinent à contrebalancer les rares mesures que vous présentez comme des progrès, qui ne sont en réalité que l’atténuation de reculs sur lesquels vous avez renoncé à revenir.

Vous commettez un véritable racket des retraités en leur ponctionnant 2 milliards d’euros dès 2014. Par la fiscalisation d’une part et le report de la revalorisation des pensions au 1er octobre, avec à la clé une baisse mécanique, inexorable des pensions par rapport au cout de la vie. Deux ponctions qui impacteront directement le pouvoir d’achat des retraités modestes, au premier rang desquels on trouve une majorité de femmes. Sur cet article, deux délibérations furent nécessaires pour venir à bout des réticences de votre propre majorité !

Il n’y a rien, ni dans ce texte ni dans votre politique, en faveur de la résorption des inégalités salariale, professionnelle et de retraite entre les femmes et les hommes : le gouvernement assume de ne pas engager de réforme des avantages familiaux avant 2020, comme il assume de ne pas résorber rapidement les écarts salariaux, mesure qui rapporterait 10 milliards d’euros par an pour le seul financement des retraites… L’égalité peut bien attendre !

La justice et l’équité attendront également…

Car il n’y a rien non plus dans ce texte ni dans votre politique, qui permette une plus juste répartition des richesses, un financement équitable et équilibré de la protection sociale et l’ouverture de droits nouveaux. Oubliée la retraite à 60 ans !!!

Rejetée par une écrasante majorité de nos concitoyens, l’allongement de la durée de cotisation fait reposer une grande partie de la réforme sur les jeunes générations. De votre propre aveu Mme la Ministre, cette mesure injuste repousse l’âge réel de liquidation de la retraite à 66 ans voire davantage. Le but de cette manœuvre est limpide : faire baisser le niveau des prestations servies. Travailler plus longtemps pour gagner moins et voir ses droits réduits, voilà le vrai visage de cette réforme !

Où sont l’équité et la justice quand 99% des mesures de financement pèseront sur les retraités, les actifs, les femmes et les jeunes, alors que les employeurs et le patronat sont d’ores et déjà assurés par le ministre de l’économie de voir leur obole intégralement compensée ?

Sur le volet pénibilité, c’est peu dire que les avancées sont laborieuses… On est encore très loin du progrès et de la justice sociale : nous y voyons plutôt un profond mépris pour ceux des travailleurs qui, usés, cassés après 25 ans de pénibilité, pourront partir à 60 ans… il y a 3 ans c’était l’âge légal de départ en retraite, et vous voudriez nous faire croire que c’est une avancée !!!

Enfin, vous mentez par omission au peuple français en claironnant que cette réforme permet de sauver notre système de retraites par répartition. La vérité Mme la Ministre mes chers collègues, c’est que vous avez refusé d’inscrire parmi les principes de l’article 1er, que notre système de retraite devait rester à prestations définies.

La vérité Mme la Ministre, c’est que votre texte fait de notre système de retraites un système à cotisations définies, dans lequel les droits des assurés deviennent des variables d’ajustement.

Si c’est là votre conception de la vérité, de la justice et de l’équité, alors nous vous la laissons.

Vous aviez l’occasion de marquer l’Histoire, 30 ans après la retraite à 60 ans !!! Vous n’en avez rien fait.

Ce projet de loi est indigne d’un gouvernement et d’une majorité de gauche !

Le peuple et les syndicats de salariés sont sur la place de la Concorde pour vous enjoindre de retirer votre projet. Les députés du front de gauche, à l’écoute des aspirations du peuple et des travailleurs, défendent une autre ambition pour notre protection sociale ; c’est pourquoi ils voteront contre ce texte antisocial.

Posté par PCFPLOEMEUR à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2013

REUNION PUBLIQUE

AFFICHETTE INVITATION 16 OCTOBRE A5

Posté par PCFPLOEMEUR à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 octobre 2013

UNE LISTE POUR CONSTRUIRE A GAUCHE A PLOEMEUR

Les communistes, les élus, les sympathisants du Front de gauche s’adressent à vous :

Pour mieux vivre tous ensemble à Ploemeur, face à la crise et aux politiques d’austérité, face aux appétits de la droite et du FN

 

FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX, CONSTRUISONS A GAUCHE !

 

 Chômage, pouvoir d’achat, retraite, précarité…les conditions de vie des Ploemeuroises et des Ploemeurois ne cessent de s’aggraver, comme celle de nombreux français.

Pourtant nous avons chassé N. Sarkozy. Les communistes, avec le Front de gauche, y ont activement contribué. Et nous avons été 52% à Ploemeur, à élire un nouveau Président de la République sur la promesse du « changement maintenant ».

Plus d’un an après, nous partageons votre déception et votre colère : la rupture annoncée n’est pas au rendez-vous. Faute de courage pour s’attaquer à la Finance, à l’évasion fiscale et aux pouvoirs des patrons du CAC40, le gouvernement reste prisonnier de la loi de l’argent.

Et 10 députés du Front de Gauche, à l’Assemblée nationale, ce’ n’est pas assez pour faire entendre la voix des salariés !

Alors, que fait-on ensemble ?

Il faut, d’urgence, gagner un changement de cap à gauche ! Les communistes, avec le Front de gauche, sont de toutes les mobilisations

Pour la Retraite, pour l’augmentation des salaires, contre les suppressions d’emplois et les attaques sur le Code du travail, contre la guerre en Syrie. Les élu-es communistes, à tous les niveaux, de la commune au Parlement, se battent, à vos côtés, dans ce sens.

Et déjà les élections municipales approchent.

Elles conditionneront une bonne part de votre vie quotidienne dans les 6 années à venir : les Municipalités sont « en première ligne » face aux difficultés sociales et économiques de la population.

La question est donc posée: face à la loi de l’argent, face au chômage, face aux politiques d’austérité, notre commune sera-t-elle un lieu de résistance, d’entraide, de solidarité, de vivre-ensemble ?

Sera-t-elle un élément de protection des plus fragiles, un espace favorisant l’égalité de tous, un outil de développement de l’activité locale, de réponse aux besoins des habitants ? Sera-t-elle un rempart contre la crise et l’austérité ?

Depuis sa défaite de 2012, la droite rêve de reconquête et a engagé de grandes manœuvres avec l’extrême-droite. Pas question des laisser appliquer leur politique dans notre commune !

A l’inverse, il faut renforcer une vraie majorité de gauche à Ploemeur, forte de sa diversité et de ses différentes sensibilités.

Il faut renforcer les services publics locaux dont on nous vante le rôle « d’amortisseur social » dans la crise, et donner un nouvel élan à la démocratie locale et à l’intervention citoyenne !  Ils nous coûteraient moins cher que les dividendes versés aux grandes entreprises des secteurs concernés.

Pour cela, vous avez besoin d’élu-es qui se battent pour vous pour l’Ecole, le logement, l’emploi, les transports, la réindustrialisation de notre agglomération, la planification écologique. Vous avez besoin d’élu-es qui disent haut et fort que la démocratie locale est un bien précieux qui ne supportent pas l’hégémonie et l’absence de transparence, en particulier, alors que les communautés d’agglomération prennent tant de place. Vous avez besoin d’élu-es à vos côtés, qui vous aident à conquérir, y compris par la lutte quand il le faut, des droits nouveaux dans tous les domaines de la vie !

Les élu-es communistes et républicains, avec le Front de gauche, sont de tous ces combats.

A Ploemeur depuis 1995, soit 3 mandats, les communistes sont associés à la gestion municipale. Nous agissons avec les socialistes majoritaires et le Maire pour construire une ville plus solidaire, plus agréable à vivre. Nous sommes présents, avec nos spécificités, dans les orientations décidées. Nous assumons ce bilan. La construction de nouveaux logements, le quotient familial, la défense de l’Ecole publique, la promotion du sport et de la culture, l’équilibre entre les quartiers, le maintien et le développement des services publics, etc…ont été des dossiers majeurs de cette mandature dans lesquels les élus communistes et républicains ont pris toute leur place.

Si nous partageons nombre des orientations actuelles, nous manifestons des différences aves nos alliés : La politique du logement social, indispensable pour la justice et l’avenir de la Ville ne va pas assez loin dans la présence du locatif. La présence des opérateurs publics n’est pas suffisante.

La démocratie locale doit être accentuée, le travail des élus, de tous les élus, avec la population doit être amélioré.

 La sollicitation de l’avis de la population sur les dossiers importants doit être un préalable à toute réalisation importante.

Une véritable planification écologique nécessite des mesures, à l’échelle de l’agglomération, beaucoup plus ambitieuses.

Le fonctionnement de l’intercommunalité, avec désormais 12 compétences déléguées, est une question majeure de cette campagne. Nous pensons que cette intercommunalité est une chance  sur certains dossiers qui nécessitent une autre échelle que celle de la commune, mais l’extension à marche forcée des champs d’intervention peut s’avérer désastreuse. L’exemple de l’eau, avec une dégradation du service rendu (absence d’information, retard dans les réponses et surtout dégradation de la qualité) est à cet égard caricatural. Les politiques communautaires doivent être débattues dans les communes. La diffusion d’un journal ne peut suffire pour faire le bilan des actions conduites.

A Ploemeur, une voix originale,  à gauche, peut se faire entendre,

  Faîtes le choix de vos idées.

 Nous constatons de grandes différences d’appréciation avec le Maire socialiste et son parti sur la politique nationale et les risques qu’elle fait peser sur l’avenir de la commune.  Dans l’impossibilité, malgré nos sollicitations, de discuter d’orientations municipales avec le parti socialiste et son Maire, nous prenons la décision de constituer une liste de large ouverture à gauche et nous faisons appel à tous les citoyens qui partageraient nos valeurs pour la construire. Venez avec nous enrichir un programme ouvert, construit avec les Ploemeurois-es. Nous serons présents dans les quartiers et à l’entrée des entreprises à cette fin.

Pour nous joindre ou nous rejoindre, écrivez-nous à pcfploemeur@gmail.comou rendez-vous sur notre blog ploemeurpcf.canalblog.com.

Posté par PCFPLOEMEUR à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]