La sécurité à Ploemeur, parlons-en...

images pcf_20181026_0001(0)

images pcf_20181026_0002(0)

Posté par PCFPLOEMEUR à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 septembre 2019

CONTRE LES FEMINICIDES, IL FAUT DES ACTES

 

Féminicides : le gouvernement ne peut se contenter de communiquer, il doit maintenant agir !

Depuis le 1er janvier 2019, 101 femmes ont été tuées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint selon le collectif « Féminicides par compagnons ou ex », c’est-à-dire une femme tous les deux jours et demi. La seule chose qui les rassemble, c’est le crime dont elles ont été victimes : le féminicide. Ces femmes n’ont pas été victimes de « dispute conjugale », encore moins de « drame passionnel ». Leur mort a souvent été précédée d’années de violences morales, psychologiques, physiques, des violences commises chaque année sur environ 220 000 femmes sans compter le grand nombre d'enfants témoins ou victimes collatérales.

Les féminicides ne sont pas une fatalité. Si le gouvernement consent à y mettre les moyens et à revenir sur les réformes qui ont aggravé la situation des services publics, le nombre de féminicides peut diminuer. Nous pouvons nous inspirer de nos voisines espagnoles qui travaillent avec succès sur ce sujet depuis 15 ans. Dans ce pays, les féminicides ont été divisés par deux.

En 2014, un Observatoire des violences faites aux femmes a été créé à Paris, sur le modèle de celui existant en Seine-Saint-Denis grâce à Ernestine Ronai. A Paris, les subventions aux associations dédiées aux femmes victimes ont été augmentées de 23 % en 2018 et de 25 % en 2019. Avec Ian Brossat, nous avons renforcé leur accès prioritaire au logement social. Pour détecter le plus tôt possible les comportements violents, nous intervenons dans les collèges pour faire de la prévention. Nous avons mis en place des dispositifs très concrets contre les féminicides : « Téléphones Grave Danger », « Mesure d’accompagnement protégée des enfants », conventions « mains courantes » et « ordonnances de protection, consultation de suivis des psycho-traumatismes… Les outils sont là.

Si l’Etat s’en donnait les moyens et travaillait vraiment avec les collectivités locales, il serait possible d’agir vite, en créant par exemple un lieu unique dans chaque ville pour accueillir et accompagner les femmes et enfants victimes, où l’on retrouverait des plaintiers, une unité médico-judiciaire, des psychologues, des associations d’aide.

Des mesures concrètes de politiques publiques sont possibles pour mettre fin aux inégalités femmes-hommes, aux violences, aux féminicides. Il n’y a aucune fatalité, Nous voulons juste un milliard ! 

Posté par PCFPLOEMEUR à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2019

reunion publique mobilite

MOBILITE-AFFICHETTEweb

Posté par PCFPLOEMEUR à 15:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2018

STOP AUX VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

VIOLENCE FEMMES1

VIOLENCE FEMMES

Posté par PCFPLOEMEUR à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2018

reunion mensuelle

Posté par PCFPLOEMEUR à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

fête de l'humanité-Bretagne

Posté par PCFPLOEMEUR à 09:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2018

RETOUR SUR LE CONSEIL MUNICIPAL

 

Un tacle sans carton rouge...

le maire et son ex-1ère adjointe ont joué un numéro de duettiste aux dépens des habitants de kerlir, du club du Guermeur et du FCL.

Sans aucune intention de règler un problème, désormais juridique, ils ont l'un et l'autre expédié quelques bonnes phrases qui n'ont pas fait avancé le dossier mais qui ont occupé l'espace médiatique, tel était l'objectif. Impossible de se tromper, les journalistes sont venus, ont écouté les invectives et ont de suite quitté la salle.

 

Posté par PCFPLOEMEUR à 19:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 juin 2018

parcourssup fiasco et sélection

images pcf_20180608_0003

images pcf_20180608_0004

Posté par PCFPLOEMEUR à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2018

conseil municipal, droite et logements sociaux

L'une de mes interventions au conseil municipal d'hier soir, mercredi 5 avril

carence en logements sociaux et argumentation

 A l'occasion de ce dossier, comme pour d'autres, vous répétez sans cesse les mêmes arguments, "éléments de langage" visant à gommer votre responsabilité:

 1) Un passif qui proviendrait de la précédente équipe municipale

Rappelons que vous dirigez la commune depuis 4 ans maintenant. Le rappel systématique des scories de l'ancienne municipalité prend des allures de disque rayé.

Bien évidemment que la construction d'une ville se construit sur la durée. rappelons que l'étalement urbain relève de la politique de M.Godard, Maire d'il y a maintenant quelques décennies. Quant à nous, nous n'avons pas utilisé cet historique.

Maintenant que ce dossier de carence vous rappelle que durant 3 périodes triennales, sous l'ancienne municipalité,  l'objectif assigné en logements sociaux a été largement dépassé, vous êtes contrarié dans votre argumentation. Les mensonges de votre prose du journal municipal apparaît au grand jour. Au cours de cette dernière période triennale, seuls 50% de l'objectif assigné à la commune ont été atteints.

 2) Une première partie de mandat sous la coupe de votre 2ème adjoint

M.Tonnerre sert de fusible aisé au retard accumulé, aux orientations à contresens des besoins et de la règlementation.

Pour vous sortir de ce cette voie vous faites le choix d'utiliser l'un de vos anciens alliés. Si M. Tonnerre s'est exposé à ce genre de situation, nous pensons qu'il s'agit là d'une absence de courage. le maire depuis 2014, c'est vous. Vous continuez à orienter une grande partie de l'argent ailleurs que sur les investissements fonciers. Vous avez des choix courageux à faire, vous ne l'avez pas fait, désormais on vous y oblige. Nous nous en félicitons. Il est regrettable que dans cette affaire, la ville perde une bonne partie de ses prérogatives.

 3) Des opposants extrémistes et destructifs

Là encore, pour diviser, pour stigmatiser, vous nommez, vous ciblez. Vous n'êtes pas dans le débat d'orientations mais dans la volonté de détruire en nommant.

Vous choisissez "les bons opposants", ceux qui vont dans votre sens. Que voilà une drôle de conception de la démocratie !

Nous ne sommes pas dupes de vos intentions. Nous invitons les ploemeurois à mesurer la violence que vous véhiculez.

Quant à nous, riches de nos différences, et d'un rassemblement renforcé par ces années de travail en commun, nous nous refusons à nous livrer à cette attitude politicienne.

Qui est extrémiste ? Ceux qui votent positivement lorsque qu'ils estiment que les choix vont dans le sens des habitants ? ceux qui  argumentent et formulent des propositions sur chaque dossier ? ceux qui dessinent une ville juste et solidaire, ou bien celui qui à l'instar d'un M.Wauquiez, Président de votre parti, exclut, vilipende.

Non, vraiment votre attitude, outre qu'elle exprime un énervement évident, n'est pas à la hauteur de ce que méritent les ploemeurois !

Michel LE MESTRALLAN

Posté par PCFPLOEMEUR à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]