Pourquoi cette multiplication des programmes de logements dans la ville ?

 

 

DSC05104modif

Rappelons à tous ceux qui l’auraient oublié que la ville est placée  « en carence » de logements sociaux par l’État, la seule en Bretagne.

Cette situation provoquée par l’absence de réalisations pendant plus de 3 ans contraint le maire à « mettre le turbo » pour rattraper le retard et pour éviter que les 120000€ d’amende soient prélevés sur les fonds communaux.

Toutes les bonnes paroles, toutes les intentions sont à replacer dans ce contexte. Il est obligé de faire. « Ploemeur 2030 » n’est qu’une péripétie coûteuse (800.000€ de frais d’études) dont les réflexions sont contrariées, jour après jour, par des obligations. Le maire (et ses alliés)  s’est lui-même placé dans cette situation.

Fallait-il agir ainsi ?

Non, bien évidemment. Les programmes partent dans tous les sens, sans projet global, sans les formes architecturales prenant en compte les spécificités locales et les besoins écologiques, en négligeant les besoins de circulation, sans concurrence le plus souvent, etc…

Comment faire autrement ?

Avant tout en associant  les ploemeurois. Les discours interminables ne remplaceront jamais le débat et la confrontation.

Du logement social à Ploemeur, c’est impératif pour l’avenir de la ville, pour son équilibre, pour ses services, pour ses associations.

Densifier le centre-ville, c’est également un besoin pour tous ceux qui veulent s’installer près des services, pour éviter le mitage du territoire.

Mais pas d’importe comment, pas sans étudier des projets avec le plus grand nombre.