24 avril 2014

RENTREE SCOLAIRE 2014, LE COMPTE N'Y EST PAS !

De nouvelles fermetures de classes prévues pour la rentrée 2014

 

A Ploemeur, plusieurs postes sont menacés de fermeture à la prochaine rentrée.

En maternelle, 1/2 poste à la châtaigneraie (qui fait suite à une suppression, équivalente à la rentée 2013), 1 poste à Saint-Exupéry,

En primaire 1 poste à J.Prévert-R.Desnos et réduction de la décharge du Directeur

La faiblesse de la dotation de l’Etat pour le Morbihan est en cause. En effet, avec une prévision de 20 élèves en plus et 2 postes en moins, le compte n'y est pas.

La nécessité de reconstituer le vivier des remplaçants ne peut justifier l’augmentation des effectifs par classe.

C’est pourtant l’argument utilisé pour fermer des postes en milieu rural, pour limiter le nombre des enfants de moins de 3 ans en maternelle, pour supprimer les 3 postes des Centres Médico psycho pédagogiques (CMPP).

Parler d'amélioration du remplacement en fermant des postes ailleurs et en augmentant les effectifs par classe, ne peut être satisfaisant.

Personne ne pourra faire croire aux parents que les conditions d'enseignement vont s'améliorer.

Des créations de postes dans le pays, mais des besoins loin d’être satisfaits

 

Le gouvernement Hollande avait promis de remettre 60 000 postes d’enseignants sur les 77 000 supprimés durant les années Sarkozy. Trois rentrées plus tard, nous sommes loin du compte et les fermetures de classes continuent.

L’école tout entière est touchée avec de lourdes conséquences pour les plus fragilisés de ses élèves.
Dans l’affectation des nouveaux personnels, ma priorité ira aux écoles maternelles et primaires » (Le changement c’est maintenant p. 25 et 26)

Tout cela se fait sous couvert d’une réduction de la dette publique.

Alors qu'il est possible de trouver 30 milliards pour le patronat, il n'y aurait pas de moyens pour l'Ecole.

Une nouvelle politique nationale de l’éducation, assurée par le service public, est nécessaire et nous apportons notre totale solidarité aux parents d’élèves et aux enseignants qui se mobilisent pour le maintien des classes menacées de fermeture.

Un impératif, une politique locale du logement permettant l’installation de jeunes ménages

Cette situation nationale et locale est amplifiée par la baisse continue des enfants en âge de scolarisation sur notre commune. Il est urgent d'inverser la tendance en mettant en œuvre une politique de l'habitat dynamique permettant l'installation de jeunes ménages. Nous invitons tous les Ploemeurois à regarder avec vigilance les premières mesures que prendra la nouvelle équipe municipale.

Parents, commerçants, citoyens soucieux du développement harmonieux de Ploemeur, nous estimons nécessaire que la politique du logement de notre Ville donne toute sa place à ceux qui aujourd’hui ne peuvent rester ou s’installer à Ploemeur.

Ploemeur, le 15 avril 2014

Posté par PCFPLOEMEUR à 14:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2014

RYTHMES SCOLAIRES, 30 MAIRES S'ADRESSENT AU NOUVEAU MINISTRE

Monsieur le Ministre,
Vous venez d'être nommé ministre de l'éducation nationale
dans un contexte difficile pour la gauche.
En répondant aux attentes populaires,
en portant une refondation
de l'école au service de la réussite de tous,
vous pouvez donner un nouveau souffle à la gauche.
Dès maintenant, vous pouvez faire
un geste fort pour montrer que vous avez entendu
la déception et la colère des enseignants,
des parents et de l'ensemble des acteurs de l'éducation:
revenez sur la réforme des rythmes éducatifs
imposée par le précédent gouvernement. Cette réforme ne permet pas de répondre
aux aspirations de nos concitoyens
à une éducation ambitieuse pour leurs enfants.
Cette réforme n?est tout simplement pas une réforme de gauche. En tant que maires, nous sommes confrontés aux difficultés
et aux contradictions de cette réforme.
Malgré l'engagement des habitants de nos communes,
des élus, de l'ensemble des acteurs de l'éducation
et du loisir éducatif
nous ne pouvons trouver une manière satisfaisante
de l'appliquer.
C'est pourquoi nous vous demandons de ne pas
nous en imposer l'application à la rentrée 2014.
Le chantier de la réflexion sur les temps éducatifs
doit être réouvert
dans une clarification des spécificités
et des fonctions de chaque espace,
dans le dialogue et la négociation
avec l'ensemble des acteurs concernés. Nous en sommes convaincus, l'école de la réussite
de tous doit se faire
durant le temps scolaire obligatoire
assuré par l'éducation nationale.
C'est la condition de l'égalité sur tout
le territoire national.
Au contraire, la réforme des rythmes éducatifs
favorise la territorialisation de l'éducation
et porte en elle l'accroissement des inégalités
entre les communes et donc entre les enfants du pays.
Elle installe la confusion entre les missions
du service public d'éducation nationale
et celles du périscolaire,
la concurrence entre les enseignants et les animateurs,
au détriment de la qualité de l'éducation apportée
à nos enfants. Elle prétend oeuvrer pour que tous les enfants aient accès
à un loisir éducatif de qualité.
C'est une belle ambition, mais que cette réforme
ne permet en rien de réaliser.
Elle fait en effet du temps périscolaire
un substitut aux heures d'écoles supprimées par la droite.
Or, les loisirs éducatifs sont un domaine spécifique,
différent de l?éducation scolaire.
Enseignant et animateur sont deux métiers distincts
qui ne doivent pas être mis en concurrence. En outre, sur ce plan du loisir éducatif aussi,
la réforme des rythmes entérine les inégalités
entre les communes.
D'autant qu'elle nous est imposée à l'heure où les collectivités ont
de plus en plus de difficultés à établir leur budget
pour faire face aux besoins et aux attentes
d'une population touchée par la crise. Dans nos villes, nous agissons et continuerons à agir
pour assurer à tous les enfants l'accès à un loisir éducatif de qualité
et leur permettre de se construire dans un environnement culturel riche.
Pour assurer l'égalité sur tout le territoire,
c'est à l'État d'intervenir :
à partir de ce que font déjà les communes, construisons ensemble
un grand service public national déconcentré du loisir éducatif. Depuis des mois, nous échangeons avec
la population de nos villes sur cette réforme.
Nous en retenons trois choses : le grand attachement
de nos populations au caractère national de l'éducation scolaire
et à la réussite de leurs enfants, leur « non de gauche »
à la déstructuration libérale de l'éducation qu'on veut nous imposer,
et la richesse de leurs propositions pour construire enfin
l'école de la réussite de tous. Entendez-les !
Dominique Adenot, maire de Champigny, président de l'ANECR, Alain Audoubert, maire de Vitry sur Seine, Pascal Baudet, maire d?Aubervilliers, Françoise Beaud, maire de Valenton, Marie-France Beaufils, maire de Saint-Pierre-des-Corps, Patrice Bessac, maire de Montreuil, Éric Boquet, maire de Marquillies, Gaby Charroux, député-maire de Martigues, André Chassaigne, maire de Saint-Amant-Roche-Savine, Stéphanie Daumin, maire de Chevilly-Larue, Patrick Douet, maire de Bonneuil-sur-Marne, Patricia Fernandez-Pédinielli, maire de Port-de-Bouc, Jean Flegeo, maire de Saulx les Chartreux Pierre Gosnat, maire d'Ivry, Didier Guillaume, maire de Choisy le roi, Maryvonne Hautin, maire de Saran, Michel Illac, maire d'Ensuès-la-Redonne, Florence Jardin, maire de Migné-Auxances, André Jullien, maire de La Bouilladisse, Georges Jullien, maire de Noves, Yves Mesnard, maire de Roquevaire, Pierre Mingaud, maire de La Penne-sur-Huveaune, André Molino, maire de Septèmes-les-Vallons, Claude Nowotny, maire de Thiers, Didier Paillard, maire de Saint-Denis, Patrick Pin, maire de Belcodène, Gilles Poux, maire de La Courneuve, Philippe Rio, maire de Grigny, Georges Rosso, maire du Rove, Patricia Tordjman, maire de Gentilly.

Posté par PCFPLOEMEUR à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 avril 2014

1ER CONSEIL MUNICIPAL-LA DECLARATION DE MICHEL LE MESTRALLAN

Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs,

 

La séquence électorale qui conduit à ce conseil est désormais achevée.

D'une courte avance, les électeurs vous ont confié le pilotage de la ville.

Vous avez maintenant à dépasser la critique parfois caricaturale que certains d'entre-vous ont pratiqué durant ces dernières années.

 

Comme vous je suis désormais un élu de toute la population.

Soyez persuadé(e)s que j'assumerai cette tâche avec la volonté que ne soit négligé aucun ploemeurois, que ne soit dégradée aucune richesse de ce territoire.

 

Soyez persuadés que je me ferai le porte-voix de ceux que vous n'aurez pas entendus et que je ferai connaître vos décisions avec toutes leurs conséquences. Je le ferai dans ce conseil mais également , avec mes amis, auprès de la population par toutes les formes appropriées.

 

Soyez également certains que je proposerai d'autres solutions. Tel a été notre positionnement pendant la campagne, je n'en changerai pas durant le mandat.

 

Je le ferai, le plus souvent , avec les autres élus de l'opposition mais parfois avec une voix originale, celle de la liste du 1er tour que j'ai eu le plaisir de conduire.

Je vous demande donc de prendre en compte le fait que je suis un élu disposant de son autonomie d'expression et de vote.

 

Ces propos laissent à penser que des inquiétudes existent.

Nous jugerons sur pièce les décisions que vous prendrez.

 

Néanmoins, vos 3 projets étaient clairement positionnés à droite. Nombre de ceux-ci sont menacants pour la population et la ville. Certains relèvent même d'un positionnement inquiétant dont ce territoire aurait dû faire l'économie.

 

J'espère que la raison l'emportera mais en tout état de cause sachez que je m'emploierai, avec d'autres, beaucoup d'autres, à mobiliser tous les acteurs de ce territoire pour défendre et promouvoir les solutions permettant que la justice sociale, les services publics, l'avenir écologique et la démocratie soient préservés et progressent.

 

Merci de votre attention.

 

Michel LE MESTRALLAN

Le 4 avril 2014

Posté par PCFPLOEMEUR à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,